Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 09:23

Voici, à la demande de certains éleveurs, quelques recettes. Si vous en avez d'autres , envoyez les nous! Les commentaires sont les bienvenus aussi...

Gigot séché à la Norvégienne

 Déposer le gigot dans un récipient creux et le recouvrir amplement de gros sel. Après une macération d'une dizaine de jours, on le pend dans un endroit sec et bien aéré. Recouvrir le gigot d'une mousseline pour le mettre à l'abri de toute souillure.

Après 1 mois 1/2 , il peut être dégusté, coupé en tranches comme un jambon

Jambon de mouton

Mettez 5 litres d'eau dans une grande casserole (pouvant contenir un gigot de 2,5 kg) ajouter 2kg sel, 150g sel marin, 250g cassonade, 15 grains de poivre, 15 grains de genièvre, 2 branches de thym et 4 feuilles de laurier. Chauffer jusqu'à ébullition. Laisser refroidir.

Mettre le gigot dedans et laisser macérer une semaine. Le sortir , vider la casserole et remettre le gigot. Le couvrir d'eau, ajouter 2 carottes, un oignon, 4 clous de girofle et bouquet garni.

Pocher 1h30 et laisser refroidir .

 

Gigot fumé

Pour ceux qui ont un fumoir...

Préparer un mélange de romarin, 4 gousses d'ail, 2 cuillères à soupe de poivre noir et 2 cuillères à soupe  de sel .

Couper le gigot en papillon et mettre la moitié de ce mélange dedans . Refermer et ficeller le gigot . Enduire l'extérieur avec le reste . Poser en haut du fumoir . Fumez 4h à 110°

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans recettes
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 12:25

 

M. Hervé Tensorer, responsable de la structure, accompagné de Mme Auriane CASTERS, vice-présidente à la CCBI chargée de l’agriculture nous ont fait découvrir le plus petit abattoir de France.

13.10 Abattoir de belle ile

 

Construit en 2010 avec l’aide des différentes subventions (40% issues de l’Etat au titre du FNADT (Fond national d'aménagement et de developpement du territoire) ,la Région Bretagne et du Conseil General du Morbihan), cet abattoir est à la propriété de la communauté de communes de Belle Ile.

 

 

Cette dernière s’est fortement investit dans la construction de ce local convaincue qu’au delà de son rôle initial, l’abattoir est indispensable à la conservation d'une activité économique telle que l’agriculture. En effet, l’agriculture assure également une fonction d'entretien du territoire, permet un équilibre avec le développement lié au tourisme et concourt à la sauvegarde du caractère naturel de l'île.

 

60 tonnes de carcasses sont produites par an sur site dont la majorité provient des ovins (80%), les 20 % restants se partageant entre les veaux de moins de 8 mois (10 %) et les porcs (80 à 90 kg de carcasses).

P1120548.JPG

Les gros bovins produits sur l’ile sont eux abattus en Vendée à Challans.

La capacité de production de l’abattoir avoisine les 100 tonnes de carcasses mais le cheptel actuel sur l’ile ne permet pas de produire autant. D’ailleurs élus et agriculteurs s’inquiètent aujourd’hui de la pérennité de cet outil, des éleveurs de moutons étant sur le point de partir à la retraite mais n’ayant pas de successeurs.

L’abattoir fonctionne 4 jours en pleine saison et 2 jours le reste de l’année.

Cinq personnes travaillent dans cet abattoir (1 bouvier et 4 sur la chaine d’abattage).

Le bâtiment est partagé en plusieurs salles :

-          la bouverie, où sont stockés les animaux avant abattage. Un premier contrôle de la qualité des animaux y est pratiqué.

13.10 Accès bouverieP1120540

       L'entrée de la bouverie                                Hervé Tensorer expliquant la  bouverie

-          L’abattage : Après avoir été insensibilisés, les animaux sont tués très rapidement.

abattage.jpg

-          Vient ensuite les différentes taches (décollage du cuir, éviscération…) avant que les carcasses ne soient découpées en deux puis mises au frigo.

13.10 abattoir .plateau inspection évisceration13.10 explications abattoir13.10 abattoir salle bouchers

 Salle d'abattage : plateau inspection eviscération                           salle de boucherie

Comme dans tous les abattoirs d'animaux de boucherie, une inspection visuelle de chacune descarcasses est réalisée par un agent de l'Etat. Celui-ci est habilité administrativement et pénalement, afin de veiller au respect des conditions de fonctionnement et de protéger les animaux pendant l'acheminement et l'abattage.

P1120552.JPG                                                           le groupe dans sa belle tenue

Un tel outil fait des envieux auprès des agriculteurs du continent qui demain pourraient peut être ne plus pouvoir abattre sur le Morbihan si de tels outils ne sont pas maintenus à Vannes , Pontivy ou crées de toute pièce à Sérent…

 

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
commenter cet article
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 14:10

Compte rendu de la journée rencontre des éleveurs de Belle ile  mercredi 2 octobre

 

Présents :

André Le Mellionnec, Susan et Jean Massé, Dominique Kervil, Denise, Jean-Claude Boeffard, Marie-France et Jean-Michel Morio, François-Xavier De Kersabiec, François-Guy Lebeaupin, Victor Nicol, Philippe Bourhis

 

Belle-île est 15 km au large de Quiberon . L'île fait 84km2 - environ 20km par 10km. La population permanente est environ 5000 et en saison 40 000. Le nombre de visiteurs par an est de 500 000 . C'est une île agricole et touristique.( La pêche compte 30 pêcheurs inscrits aux affaires maritimes.)  Il y a 40 exploitations sur 3000 ha. Les 10 exploitations ovines utilisent 26% de la surface . Avec l'age des exploitants et les difficultés des reprises il n'y en aura peut-être que 5 d'ici 2 à 3 ans. Les sols sont médiocres, le climat est venté avec embruns salés , les périodes de beaux temps (fréquents) peuvent être très séchantes.

Voici le décor dans lequel le Groupe Mouton a abordé cette magnifique île.

 

Rencontre de Sébastien et Stéphane Chanclu à Bangor :

Sébastien et Stéphane  possèdent un troupeau de 700 brebis en race Vendéenne, Rouge de l’ouest avec dominante Charolais, et 30 béliers.

Ils exploitent 400 hectares en totalité en pâturage. Les terres sont éparpillées sur l’ile, les plus éloignées étant à 1 heure des bâtiments. Il y a malgré tout 80 hectares autour de l’exploitation et toutes les parcelles communiquent entre elles.

13.10 GC parcelle et vue terres

 

Les deux frères ont réfléchi leur système pour être le plus autonomes possible, l’insularité créant un coût supplémentaire important à chaque fois qu’il faut faire venir des produits du continent (10 000 € de coût de transport /an par exploitation belle iloise).

(ex : la tonne d’aliment coûte 450 € livrée à le Palais, il faut ensuite que les éleveurs aillent les chercher au port).

L’exploitation est en agriculture biologique uniquement sur les prairies, le coût alimentaire en AB étant trop élévé et l'abattoir n'ayant pas d'agéement bio pour les agneaux. (CF ci-dessus)

 

L’alimentation des brebis est faite  avec les pâtures et l’enrubannage d’herbe. (1 200 bottes/an).Le refus de pâture servant à la litière (absence de céréales sur l’ile car les meilleurs rendements peinent à 30 qx).il n’y a pas de ré ensemement des prairies , ni de chaulage, juste un apport de fumier de l’exploitation est fait sur les terres. Ils achètent 23 tonnes d'aliment par an.

 

Les animaux ne rentrent dans les bâtiments qu’au moment de l’agnelage et restent maximum deux mois en bergerie.

 

13.10 Bergerie GC13.10 GC mangeoires barrieres

photos de la bergerie et le matériel mobile rangé jusqu'aux agnelages à venir.(cornadis et cases )

 

La très grande majorité des agneaux étant vendu pendant la période estivale, l’agnelage se fait donc de manière groupé  soit 850 à 900 agneaux par an (agnelage de 100 brebis /semaine) de fin décembre à février . Les brebis sont rentrées pour les 2 mois après démarrage des agnelages - il n'y a plus d'herbe jusqu'au mois d'avril.

 

Commercialisation : Les agneaux après avoir été abattus dans l’abattoir situé à 3 km de l’exploitation (Outil INDISPENSABLE pour les éleveurs) , sont vendus ensuite en très grande majorité  (95 %) par la grande surface de l’ile qui possède une boucherie traditionnelle. La vente s'étale de mai à fin décembre.

La boucherie achète depuis 30 ans les agneaux de l’exploitation sans se baser sur un classement  particulier mais à un prix fixe. (8.35 €/kg)

En été sont ainsi livrés 90 agneaux par semaine. Le reste des agneaux est commercialisé auprès de particuliers.

13.10 agnelles GC

Photo: agneaux de 7 mois avec la marque du GAEC Chanclu sur le dos . La pâture et rosée leur suffit comme abreuvement en ce moment. Notez derrière le grillage avec végétation s'implantant dessus.

 

Au niveau matériel, les deux frères devant assurer leur récolte de foin sur un temps parfois limité (aléas climatique) ils possèdent tout le matériel pour la fenaison.  Ils viennent également d’acquérir une épareuse pour entretenir  les clôtures  et favoriser l'implantation d'une haie comme vu sur  la photo ci dessus. 

A propos des clôtures, tous les ans 1,5 km est refait : les fils sont rapidement corrodés avec l’air marin. Les piquets sont remplacés quand nécessaire. Ils achètent du grillage de 90cm de qualité supérieure. Ils préparent un billot de terre avec un aller retour de charrue sur la tracé de la  future clôture . Avec 50 km de clôtures au total et les coûts de transport, achats de piquets et grillage se font en gros directement chez les négociants.

 

13.10 GC épareuse13.10 GC piquets citernes

photos : la nouvelle épareuse et stockage piquets , grillage ,et au loin anciennes tonnes à lisier servant pour l'abreuvement en eau des parcelles

 

Tous les champs sont fauchés une fois par an afin de supprimer les chardons. Pour économiser le carburant et aller plus vite leur tracteur 120 ch est équipé de 2 barres de coupe (avant/arrière 2 X 3,20m)

Des points d’eau sont alimentés par des anciennes tonnes à lisier sur toutes les parcelles.Ils installent des bacs comme dans la photo. A l’automne les moutons se suffisent avec pâture et la rosée du matin !

13.10 GC materiel fenaison13.10 GC parcelle avec bacs et mangeoire

 

photos : matériel de fenaison puis bacs à eau et nourrisseur au pâturage

 

13.10 GC Olga et quad

photo : Olga et l'outil indispensable - le quad.

 

 

Stéphane possède également quatre chiens dont un qui le suit particulièrement dans son travail. A 9 ans Olga arrive vers la fin de sa carrière.  Nous avons pu assister à ses talents à travers une petite démonstration (CF film) Stéphane a fait des concours il y a quelques années et est arrivé aux demi-finales des Championnats de France avec Border Collie .

 

Pour l’aménagement de la bergerie, tout est amovible pour rendre le nettoyage plus facile. La simplicité est de mise : Des râteliers auge ont été construits par les exploitants il ya plusieurs années et quelques râteliers circulaires sont disposés dans la bergerie. Des parcs de tri sont construits avec des barrières quand le besoin est là. Environ 80 cases d’agnelage sont construites au fur à mesure des agnelages. Les mères et leurs petits y restent environ 1,5 jour. Il n’y a pas de cage de retournement sur l’exploitation.

 

13.10 GC detail mangeoires barrières13.10 GC clôtures cases agnelage

Par contre un espace a été construit spécifiquement pour la tonte : par un couloir, les brebis arrivent dans un enclos puis sont prises par le tondeur sur une esplanade (3 tondeurs sur une journée réalisent tout le travail), la laine est récupérée en contrebas et mise dans une presse hydraulique pour prendre le moins de place possible pour le transport.

 

13.10 GC ballots laine13.10 GC explication tonte

 

13.10 chantier tonte

 

Nous avons poursuivi notre journée en visitant : 

L’association « Au coin des producteurs »

Huguette Huel, agricultrice et présidente de l’association nous a fait découvrir les locaux de vente de l’association.

Installé dans la zone artisanale et commerciale de Merezelle à la sortie du Palais sur la route de Bangor. Le bâtiment, loué à un privé, est composé d’un local de vente et d’un laboratoire.

13 agriculteurs se sont réunis à partir de 2001 pour réfléchir à la possibilité de valoriser leurs produits d’exploitation. Après plusieurs rencontres, visites de magasins similaires, ils se sont lancés dans l’aventure en 2006, tout d’abord sur le marché et près de l’abattoir dans un bâtiment pré fabriqué.

En 2009, voyant que la clientèle est là, ils franchissent le pas en créant ce local. La débrouille et le recyclage ont été les moteurs pour aménager ce local : recuperation de four, frigo à l’hopital, dans des centres de vacances etc…

 Ouvert le jeudi matin, le vendredi matin  en soirée et le samedi matin, ils accueillent environ 380 personnes par semaine (12 heures d’ouverture). Le panier varie être 20 et 25 € en moyenne.

Le groupe a crée une commission produit, une commission hygiène avec des personnes extérieures aux exploitations afin d’avoir un regard objectif sur les produits. Deux benevoles travaillent à la caisse et enregistrent les produits selon des codes spécifiques aux exploitants.

Un autre bénévole est à la découpe. En saison, un salarié en TESA est embauché pour faire face au surplus de clientèle (400 personnes sur 12 heures parfois !)

Un pourcentage sur les ventes est retenu pour assuré les frais de fonctionnement.

Les produits proposés :

Miel et dérivés, viande d'agneau (18 à 20 agneaux livrés par semaine), veaux, porcs (6 cochons /semaine) ; glaces, volailles (150 poulets), fromage de chèvres , légumes etc…. avec la qualité et la traçabilité voulue par les consommateurs.

 

13.10 le magasin13.10 rayon frais13.10 Salle préparation13.10 affiche

 

photos : L'entrée du magasin, son rayon frais, la salle de préparation, et leur affiche . En dessous le panneau pour présenter les producteurs.

13.10 les producteurs

 

( Pour avoir plus d'informations sur leur démarche voici un lien vers l'étude préalable qui a été faite en 2006 .Il y a beaucoup d'informations concernant la reglementation. link http://media.wix.com/ugd//5a8577_bd145a13747748eb6e9d61c3d79a1307.pdf )

 

Le groupe s'est ensuite retrouvé avec d'autres producteurs de l'Ile chez Patrick ANEVET et Nathalie  pour déguster tous ensemble  les produits locaux: Un moment fort en échange et convivialité

 

P1120531.JPG P1120538

P1120537.JPGlink P1120534.JPG

Que de bonnes choses autour de cette tablée!! Nous remercions vivement tous les éleveurs pour leur acceuil très chaleureux et intéressant et voici les trophées gagnés au Comice Agricole de Belle-ïle 2013 par nos hôtes - et leur garçons si amicaux et gentils.

13.10 comice de belle ile 2013

ce n'est peut-être pas une brebis mais à Belle-île tout le monde est en quelque sorte dans le même bateau!

 

 

 

 

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 12:49


Juste une petite photo pour illustrer cette journée TRES enrichissante sur Belle Ile , que ce soit au niveau technique, rencontre, lien entre producteurs!

 

Un futur article détaillera la journée

 

 

P1120551

 

 

 

                                                          Le groupe à la sortie de l'abattoir dans sa belle tenue!

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 07:09

 

Comme promis voici un compte rendu de mon passage au SPACE hier, jeudi 12 septembre de 11h45 à 16h30.
 
D'abord l'arrivée avec des voitures plus qu'il n'en faut, bouchon sur 800 mètres avant la sortie de voie express.
Gloups! je suis en retard et je suis toujours sur la route. finalement j'accède au parking. On ne me demande pas mon billet d'entrée et les hôtesses sont en rupture de plan du site. Bref, visiblement affluence record.
 
Arrivée au chapiteau du déjeuner-débat organisé par l'inter GVA. Débat intéressant bien rythmé de 2h sur : "être éleveur actuellement, passion ou folie?".
Le débat tourne à la fin aux grandes questions : bio ou pas bio; vente directe ou vente coopérative; La faute aux politiques qui divisent les agriculteurs pour mieux régner. Cela dit, j'ai largement fait la promotion de notre blog et du Groupe MOUTON.
 
14h00, le dej-débat terminé, je file au hall 1BIS voir les éleveurs de mouton.Le hall est organisé en petite cases de 2 à 6 moutons, les races locales sont bien représentées.  Des étudiants présentent de brèves interventions sur l'élevage ovin en France et en Europe, une démonstration de couloir de contention par PRATTLEY. Un stand de reconquête ovine, rien d'autre, un hall un peu pauvre en exposants de matériel et produits selon moi. Cela dit, les éleveurs sont présents et disponibles pour discuter de problèmes de berger. 2 heures enrichissantes.
 
16h00, je fais quelques sauts de puces dans les immenses halls "bovin" et "bâtiments d'élevage", je lorgne les nouveaux géants mécanique de CLAAS et MASSEY. C'est alors que j'entends une clameur, c'est M.  Ayrault qui se fait hué par les éleveurs. J'apporte ma voix au cortège de reproches, puis je file.
 
En conclusion, je dirais qu'il faut au minimum une journée pour faire le tour du salon, que le hall ovin et les bio sont peu représentés. Le nouveau stand "les éleveurs parlent aux éleveurs" est une réussite, et le déjeuner-débat intéressant. And last but not least, le blog mouton est connu et reconnu pour sa richesse d'information et la clarté des explications.  
 

 

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans evenements ovins
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 12:20

L'élevage de Jean-Michel et Marie-France est décrit dans l'article Nouvelles de Jean-Michel et son troupeau de moutons Vendéen : été 2013 .

Leur parc de tri est installé dans un recoin bétonné qui existait déjà en plein air près de la bergerie. Il consiste en une aire d'attente au fond de laquelle il y a un camembert ( demi-lune avec porte pivotante demi-circulaire ) qui sert à pousser les animaux vers le couloir choisi. Un couloir mène vers une balance pour peser et trier les agneaux . L'autre mène vers une cage de retournement et pédiluve.

Voici deux schémas pour montrer le plan de l'ensemble et les deux possibilités de tri à partir du camembert:

parc tri schema JMM

jpg parc tri agneaux JMM

 


13.8 JMM porte entrée parc tri

La première difficulté est de faire prendre le virage (ici la barrière est fermée)

aux moutons.

13.8 JMM détail camembert

Ensuite la porte est utilisée pour pousser les animaux dans le camembert et les empêcher de pouvoir faire demi-tour. Les clôtures métalliques supplémentaires aident à maintenir le troupeau serré dans l'aire d'attente. La sortie 1 est pour les soins avec cage de retournement et pédiluve. La sortie 2 est pour le tri des agneaux

13.8 porte poussoir13.8 JMM détail

Pour les soins aux brebis , elles arrivent vers la sortie 1 (flêche rouge). Ici c'est un peu problèmatique car il faut qu'elles avançent dans le couloir et une fois dedans qu'elles ne puissent pas reculer .(+photo de détail mur en parpaings pour faire l'arrondi du camembert.)

13.8 JMM sorties vers couloirs13.8 JMM anti reculs

Pour l'instant il y a une chicane qui fait que la brebis prend le tournant mais va ( on espère!) reculer dans le mur (voir flêche). Jean-Michel a posé un anti recul un peu plus loin mais c'est souvent une gêne car il faut que la brebis lepousse avec sa tête et hésite. Du coup il pense installer des anti-reculs latéraux - il montre l'emplacement :

13.8 JMM vue de la brebis

13.8 JMM cage retournement

La cage de retournement est la même que celle utilisée par plusieurs éleveurs dans le groupe mouton . Jean-Michel a ajouté une tôle pleine sur la cage elle même car les brebis ont tendance à sortir leurs pieds par là et on perd du temps et de l'energie à chaque couac. Noter aussi la tôle pleine avant la cage - essentielle pour que les animaux avançent. Après retournement les brebis peuvent être triées soit tout droit vers le pédiluve ou à gauche dans l'enclos où on voit le chien. Les portes de tri de chaque couloir et du camembert ont été fabriquées maison.

13.8 JMM porte laterale ouverte13.8 JMM porte latérale ouverte-copie-1

Ici la porte est actionnée par des tiges métallique avec pivots (à droite de la cage).Avec cette cage la position de l'éleveur est très bien pour le dos, mais Jean-Michel se demande si une cage où la brebis est plus assise permet de travailler plus sereinement - la brebis se débat moins? 

Une des ressorts de la cage a cassé (problème de solidité?)

13.8 JMM ressort cassé

Le couloir pour le tri des agneaux est plus simple d'accès - la porte du camembert forme un entonnoir pous canaliser les agneaux. Ensuite le couloir mène à la balance . le couloir est 50 cm de large et c'est trop - les agneaux arrivent à faire demi-tour. Ils arrivent aussi à sauter au-dessus les côtés et il faudra réhausser au moins la côté gauche . La porte d'entrée à la bascule - qui était mal concue - a été changé en porte coulissante sur un petit rail . Tous ces détails qui changent le temps passé et l'énervement! 

13.8 JMM porte bascule maison

13.8 JMM porte fermée sortie bascule13.8 JMMbascule sortie enclos 

Le système de portes fonctionne aussi avec une tige métallique et pivots . Quand ils utilisent le parc de tri Marie-France donne un coup de main pour faire circuler les animaux . Pour l'instant le chien de troupeau est un peu jeune pour aider avec précision.

Voici l'état de leur parc de tri aujourd'hui - un outil précieux en cours d'amélioration.

(Autres articles avec matériel parc de tri :  Rencontre du groupe chez Pascal à Sarzeau  Visite chez Pascal . Suite......... Parage des pieds , fauteuil ou cage de retournement.

suite : La journée à Molac . Organisation de la bergerie. 2012  Cage de retournement 31 Octobre 2011

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans amenagements bergerie
commenter cet article
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 19:29

D'abord quelques informations sur les origines de cette race ovine : le Vendéen.

C'est une vieille race déjà mentionnée au X siècle. Une race locale habituée à utiliser les terrains difficiles dont les marais. Quand les hollandais sont venus pour les travaux d'assèchement des marais au XVII siècle ils ont amené des moutons flamands et la race locale de Vendéens a été ameliorée par ces croisements . Il y a environ cent ans des croisements avec les races bouchères anglaises, en particulier le Southdown (voir article Historique d'une race ovine : Le Southdown . ) ont contribué à fixer la race Vendéen . Le Vendéen est plus haut, plus lourd, moins lainé et plus prolifique que le Southdown. C'est en 1974 que la race est créee officiellement par l'UPRA. Il y a environ 250 000 brebis en France surtout dans Les Pays de la Loire et  Poitou Charentes.

13.8 JMMbelier vendéen

La photo - prise chez Jean-Michel - montre un bélier Vendéen et des brebis. La sélection continue d'améliorer les qualités bouchères et maternelles et la race est en expansion. Les mâles sont utilisés beaucoup en croisement ; ils sont bien conformés. La prolificité est de 1,75 en lutte naturelle. L'aptitude au désaisonnement est problèmatique. La laine est blanche et de bonne qualité . La tête et les pattes sont grises à marron. C'est une race docile, agréable à mener, bien adapté au plein air ou semi-plein air

Plusieurs éleveurs du Groupe Mouton du GVA ont choisi cette race surtout en croisement. Jean-Michel et Marie-France ont choisi de monter un troupeau en race pur pour se lancer dans la production d'agneaux. Ils étaient déjà installés avec un élevage porcin (qu'ils ont réduit depuis) et des cultures - principalement de céréales. Le Groupe Mouton leur avait rendu visite au moment où ils achetaient leur premières agnelles il y a environ 4 ans (avant la création de ce blog) 

Aujourd'hui ils ont 200 brebis et 65 agnelles plus 6 béliers séléctionnés . Au printemps 2013 ils avaient acheté 2 nouveaux béliers antenais directement chez un sélectionneur - coût 500€ par bélier . Ils mettent ainsi les chances de leur côté concernant la valeur génétique et sanitaire de leur troupeau. Ils n'achètent plus d'agnelles, de cette façon les introductions dans le troupeau sont limitées mais la diversité des origines est garantie par les béliers.

Depuis début août les brebis sont en lutte. Un essai de désaisonnement à l'automne 2012 - non concluant et contraignant -leur fait prendre la décision de viser un agnelage en Janvier Février pour le gros du troupeau, en lutte naturelle.

13.8 JMM brebis

 Jean-Michel trouve que la prolificité est plus élevée si les béliers ne sont pas mis trop tôt. A la lutte le troupeau a un peu d'avoine en supplément du pâturage.

Les 25 hectares de prairies sont majoritairement en Ray Grass Anglais, Trèfle Blanc et Dactyle. Avoine , Orge et betteraves sont aussi produit sur la ferme . Il achète des pois à la récolte et 5 T d'aliment pour les agneaux.

13.JMM clôtures fils13.8 JMM clôtures et betteraves13.8 JMM clôtures grillage13.8 JMM parcelle fraîche

Voici quelques images des champs et clôtures. Petit à petit Jean-Michel installe des clôtures grillage. Vu le dénivellement de la ferme (70m) ce n'est pas toujours évident dans  les pentes . L'essentiel est grillagé et le reste est en 3 fils électrifiés avec toujours le même problème du nettoyage sous fils. 

Avec le temps sec la plûpart des pâtures ont soif sauf quelques parcelles fraîches mais limitées.

 

A partir de décembre les brebis rentrent la nuit en bergerie. Autour des agnelages elles ont betteraves, foin et céréales jusqu'à la pousse de l'herbe.

La bergerie telle qu'on l'avait vu il y a 4 ans devient trop juste et mal organisée (il faut beaucoup enjamber les barrières , porter des seaux etc) pour le nombre de brebis.

13.8 JMM distribution d'eau13.8 JMM auges d'alimentation

Jean-Michel envisage de l'agrandir en transformant le grand hangar attenant et en changeant la disposition avec un couloir central dans la longueur - comme chez Philippe  mais plus large - on avait vu que c'était trop juste. ( Visite chez Philippe à Le Cours : aménagement de sa nouvelle bergerie. Avril 2013  ) L'autre grande question est l'utililité des cornadis . Jean-Michel voudrait en installer pour faciliter les échographies et les vermifuges -mais quelle sorte et combien de places etc.

Dans les photos  on voit en rouge une des futures portes à percer et l'ensemble des bâtiments qui formeront la bergerie.

13.8JMM modification bergerie13.8 JMM bergerie et bâtiment

Le pic des agnelages est du 15 janvier au 15 février . Ils voudraient améliorer la réussite à ce moment là - chaque agneau perdu à la naissance est un revenu potentiel en moins . Malgré une surveillance sérieuse ils estiment qu'ils perdent trop d'agneaux viables.

Les agneaux sont tous sevrés au moment où le premier lot est livré à la coopérative. En 2013 ils avaient 1,6 agneaux sevrés par brebis.Après sevrage, brebis et agneaux pâturent séparément. Les agneaux sont vendus à la coopérative ,70% en Label Rouge.

Les agnelles mettent bas en mai et leurs agneaux qui restent aujourd'hui seront vendus jusqu'au mois de décembre. Ils ont un accés permanent à une grande parcelle ( qui commence à souffrir de la sécheresse) et aussi sous une serre tunnel il y a foin et distribution de 700g d'orge et pois et abreuvement.

13.8 JMM agneaux sevrés13.8 JMM abreuvoir13.8JMM agneaux vendéens


Un lot d'agnelles de renouvellement complète le troupeau. Elles pâturent au sommet de l'exploitation- à la limite de la pression de la pompe pour l'eau dans l'abreuvoir! - avec nourisseurs pour environ 400g de céréales par jour.

13.8 JMM agnelles-copie-1

Jean-Michel fait le parage des pieds une fois par an ce qui permet de passer tout le troupeau en revue. Il y a quelques problèmes aux pieds qu'il soigne au cas par cas.

Par ailleurs il est équipé en logiciel Ovitel .

Il a aussi installé un parc de tri avec des éléments achetés et beaucoup d'autoconstruction -mais celà sera pour un prochain article.

Finalement Jean-Michel et Marie-France sont toujours contents de s'être lancés dans cette production - en complément de leurs porcs. Ils trouvent que celà a nécessité assez peu d'investissement (vu qu'ils avaient les terres et bâtiments)et que les dépenses d'alimentation des brebis sont peu élevés .Par contre il faut bien gérer sa trésorerie car les rentrées d'argent se font en gros de juin à octobre . Il faut savoir planifier ses dépenses sur l'année.

    -et la race Vendéen leur va bien: de bonnes mères assez prolifiques et faciles à conduire . Comme on voit dans plusieurs des photos - le chien de troupeau (un Border de chez Dominique) a fait le tour avec nous. Il a un an et est en cours d'apprentissage - il a du potentiel. Ici il nous montre les mangeoires de champs que Jean-Michel a coupé dans de grands tuyaux . 

13.8 JMM ALIMENTATION AUCHAMP

et pour finir - les brebis qu'on avait perturbé pendant leur sieste:

13.8 JMM troupeau bouge13.8 JMM brebis au soleil13.8 JMM brebis Vendéen

 races de moutons  amenagements bergerie  : deux liens pour ceux qui pourraient être interessés


Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 08:08

La race qui a contribué le plus à l'évolution du Mouton Vendéen est le  Southdown.

Le Southdown est la plus ancienne race utilisée en croisement , d'abord dans le Royaume Uni et ensuite partout dans le monde :  France,  Nouvelle Zélande, Australie , Amérique et ailleurs.

La race descend des moutons qui pâturaient depuis des siécles les collines crayeuses du sud est de l'Angleterrre (Les South Downs). En 1813 on éstimait à 300 000 le nombre de moutons dans cette région.

13.8 carte Southdownsfalaises southdownsagneaux Southdown race d'agrément

Des éleveurs visionnaires ont développé une race bien fixée vers 1800. Un mouton plus compact et viandé mais gardant sa belle toison. La race a été utilisée pour développer d'autres races , en particulier le Hampshire en Angleterre et le Vendéen en France. En 1963 il y avait 600 000 moutons Southdown en France - aujourd'hui environ 48 000. La facilité d'agnelage,la docilité, la précocité des agneaux et la viande très appréciée a contribué à faire proliférer  cette race.

Aujourd'hui il y a deux ' filières ' de séléction : Une pour les amateurs (voir photo ci-dessus) avec un petit format plus proche de la race de départ et une filière commerciale (photos dessous) avec des formats plus grands et séléctionnés un peu différemment selon le pays.

bélier Southdown anglais

agneaux Southdown race commercialbélier Southdown Néozélandaisbélier Southdown USA

Ci-dessus -grande photo -belier Southdown anglais. Petites photos - agneaux filière commerciale , bélier néozélandais et américain (fraîchement tondu : obligatoire pour les concours aux USA)

Moutons Southdown dans les collines les South Downs

et voilà des agneaux Southdown sur les South Downs qui sont peu nombreux maintenant dans cette région plutôt vouée aux cultures et activités touristiques.

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans races de moutons
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 07:58

Nous avons changé la photo de couverture . Photo prise chez Jean-Michel en début d'après-midi par une journée chaude et ensoleillée de cette fin(?)d'été. Un été où les moutons sont bien à l'ombre en milieu de journée. La pluie commence à être la bienvenue...

Vont suivre quelques articles sur l'historique des Moutons Vendéens et l'élevage de Jean-Michel.

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans races de moutons
commenter cet article
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 08:23

Comme prévu dans le dernier article  Fromages et lait de brebis : au marché bio de Questembert. Août 2013  voici comment faire :

1 litre de lait de brebis 

Présure (en pharmacie)

7 à 8 petits pots en verre 

thermomètre 30 à 100°C

13.7 GJB

- chauffer le lait à 90°C

- refroidir à 40°C

- ajouter 5 gouttes de présure (520mg) et touiller

- remplir les pots et laisser cailler 

- mettre au frigo ( 0 à 4°C) - se gardent 6 à 7 jours ainsi mais en général      sont dégustés  bien avant!

 



Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans recettes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
  • Le blog de brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
  • : Ce blog est le journal de liason de notre groupe mouton.Il est aussi destiné à tous ceux qui s'interesse aux moutons,à la laine aux chiens de troupeau etc.Posez nous vos questions.Faîtes vos commentaires!
  • Contact

Recherche