Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2018 6 03 /02 /février /2018 10:27

Dates : du jeudi 24 au samedi 26 mai 2018.  Objectif : Communiquer sur l'agriculture .

installation le mercredi 23 mai

visites écoles le jeudi 24 et le vendredi 25 mai (18 écoles inscrites)

Communiquer avec le grand public le vendredi soir (17h à 20h) et le samedi (10h à 16h30)

Tous les éleveurs ovins qui souhaitent peuvent participer au stand ovin (coordinateurs : Philippe Bourhis et Denise Boeffard) . Venez participer même si vous ne disposer que de une heure ou deux!  C'est sympa de se retrouver et parler de son métier aux petits et grands. 

RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018
RECRE HALL'LA FERME fin mai 2018

Voici ci-dessus quelques images de la dernière édition  avec quelques autres stands et activités liés à nos fermes. 

Pour participer vous pouvez contacter notre animatrice : Catherine Taveau  catherine.taveau@bretagne.chambagri.fr

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2017 5 24 /11 /novembre /2017 09:35


Après la collecte 2017 mon projet de literie en laine à bien avancé
>

voici quelques lignes et quelques photos. Merci pour le relais !

>

Après une première saison de collecte de laine, mon projet de literie en laine bretonne a bien avancé.

Grâce aux éleveurs, aux tondeurs et aussi au relais de l’info via ce blog, j’ai pu collecter près de 800kg de laine dans la région. Une partie a été lavée et les premiers matelas ont pu sortir de mon atelier. Depuis début novembre, mon activité est hébergée par la coopérative d’activité Avant-Premières basée à Plérin, ce qui me permet de tester le projet en étant bien accompagnée sur le plan administratif. Je peux donc commencer à produire et développer ma gamme et prendre les premières commande de matelas, couettes, oreillers, coussins… le tout en laine bretonne !

Cette première saison a été très encourageante puisque la valorisation de la laine à l’air de toucher autant les éleveurs que le grand public. C'est donc avec grand plaisir que j'ai l'intention de continuer l’aventure en 2018 pour une nouvelle saison de collecte. Pour ce faire, je suis à la recherche de nouveaux éleveurs motivés pour que leur laine soit transformée en literie.

Le principale critère est toujours la propreté de la laine et donc que les brebis passent un maximum de leur temps en plein air et qu'elles ne soient pas tondues à même la litière. J’élargis cette année un peu les races : l’idéal toujours Rouges de l’Ouest, Texel et bleu du Maine mais aussi vendéennes et Suffolk qui sont très bien pour les couettes et oreillers. Je peux aussi collecter la laine de petits troupeaux et les laines de couleurs.

La tonte est toujours une journée bien chargée mais la collecte n’est que peu contraignante pour l'éleveur et le tondeur. Si vous avez quelques doutes où réticences n’hésitez pas à me contacter, je suis ouverte au dialogue pour que l’on trouve une solution qui conviendra au mieux à tout le monde.


>

Pour toute question ou précision sur le projet, pour un renseignement sur les produits ou même pour une commande ! n’hésitez pas à me contacter par mail delisle.marion@gmail.com ou téléphone 06.82.97.78.30

Vous trouverez aussi quelques infos sur le projet sur le site de la coopérative http://www.cae22.coop/delisle.html

Laine : Nouvelles du projet de Marion Delisle  2017

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 13:09
Visite chez Sylvain , Septembre 2017 Attaques de chiens et rations hivernales

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Compte rendu rencontre du groupe Ovins 26/09/17 chez Sylvain Gergaud- Muzillac

 

 

Présents : Sylvain Gergaud, Helène Madru,Jean-Paul Le Nivet, Victor Nicol, Philippe Bourhis, Dominique Kervil, Marie-France et Jean-Michel Morio, François-Xavier de Kersabiec, Sophie Leblanc

Excusés : André Le Melionnec, Denise Boeffard, Susan Massé, Pascal Rio

 

1)Les attaques de chien

Plusieurs membres du groupe ont eu à subir des attaques de chiens sur leur troupeau

 

Quels moyens de prévention ?

Anes : personne ne les utilise

Chien Patou : Anthony Civel en utilise

Clotures électriques doubles ou 1.2m + barbelés

 

Procédure si le chien est trouvé :

  • Porter plainte

  • Faire un certificat du véto + constatation + photos

  • Garder le bon d’équarissage

  • Euthanasier les blessées

  • Dans la facture des frais veto, faire noter la valeur des moutons perdus, plus le temps passé à soigner, plus les médicaments

  • Faire une déclaration à son assurance qui se retournera contre le propriétaire du chien .

  • Faire constater par les experts avant équarissage

  •  

NB : des articles sur ce sujet ont été faits dans le blog de brebis-en- bretagne.groupemouton en 2012

 

2)L’alimentation hivernale

 

Sylvain distribue une ration avoine/pois/tourteaux avec 300g par agnelle et 450 g par brebis

Il fait paturer des betteraves au fil

 

Dominique fait remarquer que la ration avoine/pois est pauvre en énergie, qu’il serait préférable de remplacer l’avoine par de l’orge. Sa ration à lui est : Mais ensilage+luzerne

 

Philippe : betteraves à volonté + orge + ovicomplément + foin

 

Autres rations d’hiver :

  • Orge/enrubannage d’herbe /luzerne

  • Herbe/foin/aliment complet 18% de fibre

 

 

 

 

3) programme des prochaines réunions du groupe

 

  • Gestion du paturage : gestion de l’herbe, les mélanges avec RGA, Fétuque, Tréfle, sainfoin, fétuque-dactyle

  • - quelles espèces sur quel type de terre

  • - paturage, fauche ?

  • - cout

  • - surpaturage

 

Intervenant : spécialiste de l’herbe- en Mars – visite chez Anthony Civel ?

 

  • Les rations équilibrées : intervenant : Alain Gouedard ? nutritioniste en ovins

Réunion à Questembert après le 15/11

 

  • Les maladies : piétain, prolapsus - intervention véto Malestroit ?

 

4) Fonctionnement du groupe

 

  • Jean-Michel Morio accepte d’être le responsable du groupe en remplacement de François-Guy Lebeaupin.

  • Les nouveaux venus participent à une ou 2 réunions pour voir les activités du groupe et ensuite il leur est demandé d’adhérer au groupe local de Rés’agri

 

 

 

 

 

 

Catherine Taveau

Animatrice du groupe

 

06.30.98.38.60 ou 0297260803

Catherine.taveau@bretagne.chambagri.fr

Visite chez Sylvain , Septembre 2017 Attaques de chiens et rations hivernales

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 12:28

Un lien vers des podcasts - à écouter dans la bergerie - si vous avez internet.....


http://idele.fr/presse/publication/idelesolr/recommends/radio-ovin-des-podcasts-pour-prendre-soin-de-vos-moutons.html

Partager cet article

Repost0
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 16:35

Visite du Groupe Mouton chez Thomas Raiffe : Suffolk et Charmoises. Mai 2017.

 

Le 12 mai on a passé l'après-midi chez Thomas à Pleugriffet (Morbihan) découvrir son exploitation et en particulier ses clôtures. On était assez nombreux à se retrouver avec notre animatrice Catherine.

Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017

Thomas s'est installé en 2015 après avoir travaillé pendant 15 ans dans divers métiers agricoles. Il a repris la ferme de ses beaux-parents (vaches laitières) : 90 ha en Agriculture Biologique sur trois sites – une partie en bordure de l'Oust et canal de Nantes à Brest dont une île de 6ha, 45 ha au siège de l'exploitation et le reste à 5 km où ses parents résident.

Le projet de Thomas est d'avoir 400 brebis avec un atelier de transformation et la plus grande autonomie possible. Il voudrait travailler à trois (sa femme participe à la ferme et s'occupe plus de la partie commerciale ) pour pouvoir se remplacer.

Aujourd’hui 50% de l’exploitation est en prairies et le reste en cultures : céréales, colza, mélange triticale/féverole. Une partie des cultures est vendue en alimentation animale et blé meunier bio.

Le troupeau comprend 200 Suffolk et 50 Charmoises. 20 genisses font un complément de revenu en attendant d'augmenter le troupeau. Un intérêt d'avoir des bovins concerne l'effet bénéfique sur le parasitisme - alterner ou mélanger ovins/bovins réduit les larves de strongles nuisibles ingérées par chaque espèce (voir article sur strongles)

Les agnelages ont lieu sur 4 périodes :

1 – 50 Suffolk à la mi-janvier

2 - février/mars

3 - agnelles mi-juin

4 – les Charmoises (une race naturellement désaisonnable )

Les agneaux sont engraissés à l'herbe.

 

La vente se fait à 80% par BVB (Bretagne Viande Bio) et le reste par clictaberouette (voir http://www.clictaberouette.com/pages/les_producteurs.php?page=29)

L'alimentation des brebis est basée sur un maximum de pâturage avec complément de méteil (mélange triticale féverole)

Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017

Les brebis ne sont rentrées la nuit qu’au moment des agnelages. La bergerie est un hangar qui servait de stabulation /salle de traite /laiterie pour les vaches , converti en le vidant puis installant un système classique de couloir central de 4m (photos). La tempête Zeus a arraché les filets de l'entrée – l'ouverture du bâtiment est orientée NE . Thomas compte refaire les murs en bardage car les courants d'air s'engouffrent. Mais son point de vue sur les bâtiments chez lui est qu'il faut seulement investir dans le strict minimum car le troupeau passe peu de temps en bergerie. Il vaut mieux auto financer le strict nécessaire que d'être embarqué dans des dépenses excessives mais partiellement aidé par des subventions. Par contre il a investi dans un parc de tri mobile (Prattely) pour les champs. Il partage une cage de retournement avec un autre éleveur.

Concernant les travaux des champs il utilise son tracteur le moins possible. Pour certains travaux il préfère louer le matériel (y compris tracteur) plutôt que de le faire par entreprise. Pour les foins il fait le fanage et andainage. Il fait très attention à comparer les prix des travaux divers et à économiser là ou c'est possible. Il a un quad et son père lui a aménagé une remorque avec sel, minéraux, argile pour mettre à disposition au champ.

Il y a eu une discussion sur les problèmes liés à l'enrubannage (danger listériose) et le mieux est quand l'herbe est le plus sec possible (60% de matière sèche). Aussi il y a le problème de la distribution car les bottes sont lourdes et il faut les consommer rapidement après ouverture.

 

 

 

Les Clôtures

C'était le thème principal de la visite : un point clé dans la conduite des brebis sur cette exploitation basée sur un maximum de pâturage. Ici c'est une clôture électrique en « high tensile »(fils fortement tendus) adapté aux longues distances qui a été choisi . En plus ce système nécessite moins de poteaux intermédiaires – tous les 20m en terrain plat .

Pour mettre en place une bonne clôture électrique « haut tensile » permanent il faut :

          1. Des poteaux de tête et des coins bien solides et fortement ancrés et des poteaux intermédiaires avec un système d'isolants qui tiennent les fils au bon niveau et empêche l'électricité de fuir vers la terre .

          2. Un électrificateur qui va envoyer une décharge suffisant « à secouer les dents ».

          3. Des fils bons conducteurs qui donnent une bonne décharge aux malchanceux qui les touchent.

          4. Un circuit de terre (souvent peu contrôlé) qui permet à l'électricité de revenir à l'électrificateur.

             

Thomas a acheté le système Patura car le moins cher dans la configuration qu'il avait choisi. Il a installé 7km de clôture de 4 fils fixes (haute tension acier fixes Ø 2,5mm , résistance à la rupture 650kg, résistance 0,0085ohms) formant de grandes parcelles d'environ 5ha, et divisible ensuite avec deux fils mobiles sur piquets plastiques. (photos)

Il a choisi l'électrificateur le plus puissant le Patura 4500 MaxiPuls(depuis Patura a sorti un plus puissant) et pour la mise à terre il a une série de 5 en fer galvanisé de 1m planté dans du bentonite.

 

[Voici l'explication de chez Patura :  La bentonite constitue un secours précieux pour sécuriser le système en conditions difficiles. Elle est composée d'argile qui améliore le flux des électrons et de sel qui conserve l'humidité. Un seau de 6 kg de ce mélange enterré avec un piquet de terre de 1 m est aussi efficace que dix piquets de prise de terre de 1 m. Sur sols séchants ou lorsque les rochers affleurent, le mélange améliore la conductivité. Les piquets peuvent même éventuellement être enfouis à l'horizontale. « C'est un moindre mal, explique Jean-Paul Camus, commercial de la société Patura. Si les résultats sont à la limite lors de la mise en place, ils sont souvent meilleurs trois semaines après. A ce moment-là, la bentonite joue pleinement son rôle. La vérification annuelle est aussi une assurance contre les pannes. » ] On remarquera qui la bentonite est aussi utilisé dans certaines litères pour chats...

Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
renfort en H pour poteau d'extremité de ligne.

renfort en H pour poteau d'extremité de ligne.

  • Tous les poteaux de la clôture fixe ont étés fabriqués en châtaigner de l'exploitation ils ont été enfoncés avec le godet du tracteur. Les poteaux de tête (extrémité des clôtures) sont tenus par un renfort en H (aussi connu comme  "chaise néo zélandais ou IOWA brace"(photo) Les 4 fils partent du poteau de tête. Un 2e poteau est placé à une distance plus grande que la hauteur des poteaux (de préférence X 2) Une traverse est scellée entre ces deux poteaux. Un fil tendeur est fixé sur le bas du poteau de tête (le point avec le moins de flexion sur ce poteau) vers le haut du 2e poteau.
  •  
  • Ainsi la force des fils clôture qui tire sur le poteau de tête est contrée par la traverse tenue par le haut du deuxième poteau qui est lui-même tenu par le fil tendeur le tout formant un triangle. La longueur du fil tendeur est importante car plus elle est petite plus sa contre force est réduite. Un système est installé sur ce fil afin de pouvoir le tendre si nécessaire.
  • Thomas a choisi cette assemblage car c'est plus costaud pour de longues distances avec plusieurs fils sous tension. (les poteaux intermédiaires ne soulagent pas la traction des fils) On est plus habitué à voir des renforts en diagonal pour des distances habituellement courtes.
  •  

Pour comprendre la logique de cet assemblage voici les étapes dans sa construction :

Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017

Sur son site principale il y a 15ha entouré de la clôture fixe 4 fils avec accès à la bergerie. Les 15 ha sont divisés en paddocks avec des clôtures 2 fils mobiles (voir photos). Pour les clôtures mobiles , il n'est pas très satisfait avec le système Patura et s'est payé un Spider Pac qui est bien plus facile et rapide à installer. (constat approuvé par les éleveurs présent!) Les piquets sont aussi plus costauds et durables.

En moyenne tout le système de clôtures fonctionne bien. Le point un peu problématique est les portes (en fil tressé avec ressorts ) Peut-être la décharge est moins ressenti - voir photo de près .

Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017

Un accessoire qu'il apprécie c'est le testeur de clôture qui sert aussi pour allumer ou éteindre le système à distance.

Choisir son système de clôtures est un point important pour la tranquillité de l'éleveur. Nous avons encore appris quelques données et été amenés à réfléchir sur l'intérêt et les problèmes liés aux différents options que chacun a pris.

Nous avons discuté de tout cela et bien d'autres sujets autour d'une collation chaleureuse.

Ceux qui avait le temps sont ensuite aller voir les Charmoises, fraîchement tendues par leur berger . Les deux troupes ne se sont pas rencontrés pour l'instant - vigilance sanitaire s'impose .Thomas a acheté 50 agnelles car cette race se désaisonne bien - d'ailleurs les deux béliers (non tendus) sont à l'oeuvre. Cela permettra d'avoir des agneaux toute l'année et les prix  sont plus élevés en hiver. On fera un article plus tard sur les Charmoises.

En tout cas Merci Thomas pour l'accueil !

Voici quelques photos supplémentaire et des liens vers des documents sur clôtures :

Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017
Visite chez Thomas : Clôtures, Suffolk et Charmoises. Mai 2017

Pour voir les liens cliquer sur les longues cases en blanc.... ou sur les trombones.

pour les bovins ... et les mesures sont en pouces/ pieds (non, pas des pousses pieds) Un pouce = 2,5cm.... Mais c'est bien expliqué.

et voici le coordonées de Thomas pour la vente de ses produits .

	La bergerie de Coët 
	Thomas Raiffé Coët-Maguet  56120 PLEUGRIFFET Tel : 06.16.79.59.25 
 	mail : labergeriedecoet@gmail.com 
			     Retrouvez nous sur Facebook : labergeriedecoet  

Partager cet article

Repost0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 11:55

Nous sommes souvent sollicités concernant les moyens de devenir éleveur ovin, voici un site qui donne les informations nécessaires:

http://devenir-eleveur.com/ 

     

Devenir éleveur : site d'information

Partager cet article

Repost0
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 22:17

Des agneaux en toute saison.

Enfin du nouveau pour déclencher la lutte. Des chercheurs au Laboratoire Régionale de Recherche Ovine ont mis au point un médicament du type Viagra pour ovins . L'Ordre des Véterinaires est assez réticent mais quoi de plus pathétique qu'un bélier en panne avec des brebis qui ne se sentent pas à la hauteur. Le médicament est à saupoudrer sur le concentré. Doseur inclus. Attention à enfermer les chiens de troupeau. Le nom commercial est Lutautop.

Du nouveau pour le désaisonnement 2017

Partager cet article

Repost0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 10:27
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix

 

Février 2017 : Nouvelles de Gaël installé depuis peu dans le Morbihan.

 

Les participants aux réunions du Groupe Mouton connaissent Gaël depuis l'époque ou il était stagiaire chez Julien à Sulniac. Il était en formation afin de s'installer en brebis lait. Au début les deux ont songé à s'associer puis Gaël a évolué vers sa propre exploitation mais les liens restent forts et il y a beaucoup d'entraide avec partage de certains matériels agricoles. Gaël est rejoint par sa compagne Lucille. Les deux ont des parcours assez variés. Après un an de Fac (anglais) Gaël a changé de voie pour devenir éducateur de rue mais après quelques années il voulait se rapprocher de la Bretagne et devenir éleveur. A 41 ans il réalise cet objectif mais aussi il continue à exercer bénévolement son savoir d’éducateur avec l’accueil de petits groupes de jeunes en liaison avec le Centre d’Éducation Renforcé d'Elven. Lucille (32 ans) est ingénieur agricole plus un diplôme d'analyses laboratoire. Elle a beaucoup circulé dans le milieu agricole - stages divers mais elle découvre pour la première fois les réalités de la vie avec les brebis ! En fromagerie elle a déjà un savoir faire.

Leur projet est de mener le troupeau en bio avec agnelage à l'automne et ainsi faire du fromage à la vente d'octobre à février, période où les autres producteurs n'ont plus de lait.

Trouver des terres et bâtiments à été un parcours difficile. C'est toujours plus compliqué quand on n'a pas de terres dans la famille. En 2016 avec ses 72 premières agnelles Lacaune lait (nées à l’automne 2015), installé sur Elven, ces terres et bâtiment ont dû être libérés. Heureusement les agnelles ont pu pâturer sur une parcelle assez grande à Sulniac. De l'orge de printemps a été semé sur 4ha attenant.

Pour cibler un agnelage à l'automne la prochaine étape était l'achat de 5 béliers (4 lacaunes et 1 solognot). Ces béliers ont été mis dans un petit parc étanche à l'intérieur de la parcelle des agnelles. Ainsi les agnelles pouvaient les voir, sentir, toucher à partir du 7 avril pour produire « l'effet bélier ». (sans flushing) Les béliers ont été lâchés du 1e mai à la mi-juillet.

Pour faire une avance sur trésorerie, 35 agneaux à naître ont été vendus.

Ensuite le souci a été de trouver un bâtiment avec terres attenantes et monter un quai de traite et fromagerie avant les mises bas prévues au plus tôt fin septembre. Il y avait une possibilité de terres ailleurs sur Sulniac au Douaro avec 8ha d'un seul tenant mais pas de possibilité de bâtiment. Après un mois de recherches intensives, il s'est avéré qu'une parcelle de 2ha (Kermaria) était à la vente en bordure des 8ha.

L'affaire a été conclue et la course contre la montre pour accueillir les agnelles était engagée.

 

    • Une bergerie tunnel (photos) a été montée. Permis de construire obligatoire car la bâche est opaque. L'aménagement intérieur a été largement aidé par un copain en or qui est resté 3 mois à fabriquer les cornadis etc. A la longue ce tunnel servira de stockage de foin etc. Le système de chaînes permet de bloquer les cornadis fermés et distribuer l'orge (une très bonne récolte) et bouchons de luzerne sans que les brebis se ruent dessus.

le pédiluve avec cendres est une experience pour attenuer le piétin.
le pédiluve avec cendres est une experience pour attenuer le piétin.
le pédiluve avec cendres est une experience pour attenuer le piétin.
le pédiluve avec cendres est une experience pour attenuer le piétin.

le pédiluve avec cendres est une experience pour attenuer le piétin.

    • Le troupeau a été rapatrié sur les 8ha et les premiers agnelages ont eu lieu dehors avant finition du tunnel fin septembre – 90% des mises bas en trois semaines ! Avec 5 agnelles non pleines . C'est un résultat remarquable.

    • En tout il y a 23ha sur 2 sites. A la suite de l'orge, une prairie de fauche a été installé sur les 4 ha. Le reste est en prairies dont 2ha d'humide et 4ha plûtôt landes. Gaêl cherche encore une dizaine sur le secteur. Il est adherent au CUMA locale.

    • La prochaine étape était l'achat d'un système de traite d'occasion, des modules de fromagerie et le matériel de fromagerie puis leur installation sur la parcelle de Kermaria avec permis de construire etc. En plus tout ceci est conçu dans un plan global avec la bergerie en construction (photos)

Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
    • Après l'agnelage, qui s'est déroulé sans difficulté particulière, les agneaux ont été laissés sous leur mère pendant 2 mois puis vendus en agneau de lait. Aucune agnelle de reproduction n'est gardée cette année.

    • La traite se déroule une fois par jour, le matin de 7h à 10h. Comme vous pouvez constater les conditions sont assez difficiles mais les travaux avance. La préférence pour un quai de traite où les brebis choisissent leur place résulte de l’expérience que Gaël a de divers systèmes. Une fois les 24 places remplies par les brebis, l'ensemble est reculé vers le trayeur. Le lait va directement vers la fromagerie sans être transvasé dans des bidons.

    • Les modules de fromagerie ont coûté environ 11000€ et le matériel de fromagerie autant – tout d'occasion.

Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix

La mise en place du système de vente a été assez facile vu le créneau choisi - lait en hiver. Vous pouvez trouver leurs produits aux endroits suivants :

Ciboulette, Sulniac (voir article) ouvert le samedi matin et le mardi soir.

'Halle terre native à Questembert ouvert le mardi,jeudi, vendredi et samedi.

Local Bio à Séné ouvert le mercredi, jeudi et samedi

Le magasin Producteurs du Coin à St Avé ouvert les mercredi et vendredi après-midis et le samedi matin.

L'AMAP d'Elven

Les deux BioGolfe à Vannes et Theix

avec en plus de l'agneau de lait de novembre à janvier et du porc en caissetttes à partir de juin.

 

Et si vous avez envie de les contacter c'est au 06 61 96 61 56.

Gaêl Ifrah et Lucille à la Mouterie des Cahouen, Kermaria, Sulniac 56250.

 

- et pour faire honneur à tout ceux qui ont aidé et continuent d'aider par leur amitié, coups de main, achats et autre,  voici la chanson qui vous est dédié ainsi qu'à Gaël et Lucille : 

With A Little Help From My Friends (Avec Une Petite Aide De Mes Amis)

What would you think if I sang out of tune
Que penserais-tu si je chantais faux
Would you stand up and walk out on me ?
Te lèverai-tu et me laisserais-tu tomber ?
Lend me your ears and I'll sing you a song
Prêtes-moi l' oreille et je te chanterai une chanson
And I'll try not to sing out of key, oh
Et j'essayerai de ne pas chanter faux, oh

I get by with a little help from my friends
Je m'en sors avec un peu d'aide de mes amis
I get high with a little help from my friends
Je m'en remet avec un peu d'aide de mes amis
Going to try with a little help from my friends
J'essaye avec un peu d'aide de mes amis

What do I do when my love is away ?
Qu'est-ce que je fais quand mon amour est parti ?
(Does it worry you to be alone)
(T"inquietes-tu d’être seul)
How do I feel by the end of the day ?
Comment je me sens à la fin de la journée ?
(Are you sad because you're on your own ?)
(Es-tu triste parce que tu es tout seul ?)
No I get by with a little help from my friends
Non je m'en sors avec un peu d'aide de mes amis

Do you need anybody ?
As tu besoin de quelqu'un ?
I need somebody to love
J'ai besoin de quelqu'un à aimer
Could it be anybody ?
Ça pourrait être n'importe-qui ?
I want somebody to love
Je veux quelqu'un à aimer

Would you believe in a love at first sight
Crois-tu au coup de foudre
Yes I'm certain that it happens all the time
Oui je suis certain que ça arrive tout le temps
What do you see when you turn out the light ?
Que vois-tu quand tu éteins la lumière
I can't tell you, but I know it's mine
Je ne sais pas le dire, mais je sais que c'est à moi
Oh I get by with a little help from my friends
Oh je m'en sors avec un peu d'aide de mes amis
I get high with a little help from my friends
Je m'en remet avec un peu d'aide de mes amis
I'm gonna try with a little help from my friends
Je vais essayer avec un peu d'aide de mes amis

Do you need anybody ?
As-tu besoin de quelqu'un ?
I just need somebody to love
J'ai besoin de quelqu'un à aimer
Could it be anybody ?
ça pourrait être n'importe qui ?
I want somebody to love
Je veux quelqu'un à aimer

I get by with a little help from my friends
Je m'en sors avec un peu d'aide de mes amis
Yes I get by with a little help from my friends
Je m'en remet avec un peu d'aide de mes amis
With a little help from my friends
Avec un peu d'aide de mes amis

 

et la musique :

Partager cet article

Repost0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 09:57
vesce avoine: une interculture de printemps intéressante pour les ovins

 

Vesce /Céréale un exemple de culture de printemps de courte durée.

 

La culture de la vesce avec une céréale qui lui sert de tuteur - en général l'avoine - est

bien connue dans certaines régions souvent en semant du sainfoin sous son couvert. En Bretagne les sols sont trop acides pour le sainfoin. Par contre la vesce /avoine présente des intérêts pour les ovins et on peut laisser une pâture sous couvert.

  • Semis février/mars (le plus tôt possible) pour être récolté début juillet ou en septembre /octobre avec récolte avancé de 15j par rapport à un semis de printemps.

  • Un mélange d'environ 125kg/ha (avoine-70kg vesce-55kg) suffit mais cela dépend aussi de ses terres alors il faut trouver les bonnes doses selon ses terres tout en gardant à l'esprit que la vesce a besoin de lumière donc la céréale ne doit pas être trop dense. Quand on remplit le semoir cela fait 2 volumes d'avoine pour 1 de vesce.

  • Le travail du sol peut être minime .

  • C'est un bon précédent cultural. Le mélange nettoie le champ en étouffant les adventices et la vesce laisse 50 à 60 U d'azote dans le sol.

  • L'unique coupe est très fournit mais assez difficile à sécher. Les andains aérés aident au séchage.Il faut guetter le créneau météo.

  • C'est un fourrage complet, appétant et le grossier sert de paillage. C'est utilisé pour des brebis en lactation et des agneaux à l'engraissement.

  • Cela peut aussi être distribué en vert (pas météorisant), ensilé, enrubanné.

  • Le stockage du foin pose un problème à cause des rats - c'est à utiliser dans l'année.

  •  

Les photos qui suivent ont été prises dans le Morbihan ou 1 à 2ha ont été semés (sans désherbage ni engrais chimique ) tous les ans vers le mi-fevrier pendant 20 ans pour un troupeau de 80 brebis. Toujours récoltés en foin sans gros problèmes. On voit la difference de volume entre 2012 et 2013 (plus sec au printemps). Parfois c'était un mélange triticale/vesce et les barbes sur les épis entiers n'ont pas posés de problème.

photos stade vesce avoine juin 2013 sud Morbihan.

vesce avoine: une interculture de printemps intéressante pour les ovinsvesce avoine: une interculture de printemps intéressante pour les ovins
vesce avoine: une interculture de printemps intéressante pour les ovins

photos mai 2013 stade vesce avoine

vesce avoine: une interculture de printemps intéressante pour les ovinsvesce avoine: une interculture de printemps intéressante pour les ovins
vesce avoine: une interculture de printemps intéressante pour les ovins

photos stade fauche 2013

vesce avoine: une interculture de printemps intéressante pour les ovins
vesce avoine: une interculture de printemps intéressante pour les ovins
vesce avoine: une interculture de printemps intéressante pour les ovins
vesce avoine: une interculture de printemps intéressante pour les ovins

et voici le bruit des consommateurs :

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 12:41

 

Gérer le parasitisme ovin en Bretagne.

 

Le groupe mouton a pu suivre une formation avec Émilie SALESSE vétérinaire. Les participants ont reçu des documents plus complets mais ici on va donner une petite synthèse . Tout éleveur, quel que soit son élevage (traditionnel, bio, petit ou grand) est confronté aux dégâts des parasites.

Les pertes économiques sont surtout dans la dégradation de l'état des agneaux et agnelles de renouvellement.

 

Nous avons déjà publié des articles sur ce sujet (http://www.brebis-en-bretagne.fr/article-quelques-idees-pour-l-emploi-raisonnee-des-vermifuges-ovins-novembre-2012-112836789.html ) avec des réflexions sur : comment éviter des résistances aux vermifuges en ne favorisant pas la survie des parasites résistants – l'utilité des coprologies – l’acquisition d'une immunité contre les parasites par les ovins adultes – les strongles présents en Bretagne etc.

 

Émilie a insisté sur les connaissances techniques nécessaires pour élaborer la stratégie qui correspond à son troupeau, ses lots, le parcellaire, l'alimentation – pour minimiser l'impact du parasitisme. Chaque exploitation est unique. Ceci concerne en particulier les éleveurs dont les mises-bas sont au printemps avec souvent les agneaux qui pâturent avec les mères. Le pâturage est important dans l'alimentation , souvent de mars à décembre. Élever des agneaux à l'herbe nécessite une stratégie bien réfléchie car lorsqu'on constate des dégâts (perte d'état, diarrhée) il est déjà trop tard.

 

Connaissance du milieu - le climat en Bretagne avec des périodes pluvieuses, peu de gel, et des périodes sèches avec souvent de la rosée.

 

Connaissance des cycles de vie des parasites - ici il va être question des strongles. Il est possible que les strongles Haemonchus ne sévissent pas chez vous mais les deux autres (Teladorstagia et Trichostrongylus) sont sûrement là sur les pâtures utilisées par les ovins .

ci-dessous un schéma qui vient de http://creuse-agricole.reussir.fr/actualites/parasitisme-interne-des-ovins-l-infestation-parasitaire-des-ovins-bien-evaluer-le-risque-pour-une-meilleure-maitrise:UFHGXK51.html

 

 

 

Un petit rappel du cycle : les larves L3 attendent sur les herbes qu'un ovin les mangent . Une fois ingérées elles se reproduisent dans les intestins et des larves pondent des œufs (ceci prend environ 21 jours). Les œufs sont excrétés (il y a ici des stades L1 et L2 qui ne nous concernent pas) et les larves L3 sortent des crottes après 7j dans l'humidité des herbes et le sol (max 1cm )

Les L3 ont besoin d'un ovin pour continuer ce cycle. Sans moutons elles meurent – mais elles peuvent résister jusqu’à un an et le gel léger ne les tue pas. Ce cycle de 28j environ se passe du printemps jusqu'à l'automne. On voit qu'au fil des cycles de 28j il y aura plusieurs générations de L3 qui viennent s'ajouter au nombre sur le sol d’où un pic en fin d'été début d'automne.

En automne les L3 ingérées restent en hypobiose (dormant) dans les intestins jusqu'au printemps où elles complètent leur cycle et les œufs sont excrétés en nombre à ce moment là .

Si les L3 sont ingérées par des ovins résistants (âgés de plus de 18mois) leur reproduction va être arrêtée (d’où l'intérêt de faire pâturer ces ovins sans les vermifuger- effet aspirateur et maintien d'une population de strongles variés)

On peut estimer qu'à un moment donné, 85à 95% des L3 sont sur les pâtures, dans le premier cm du sol et dans les crottes en train d'attendre d'être broutées par un ovin . Il est illusoire d'imaginer qu'on va les éliminer . Il font partie de l’écosystème des ovins . Le tout est de trouver un équilibre.

LARVES L3 DANS UNE GOUTTE D'EAU SUR L'HERBE

LARVES L3 DANS UNE GOUTTE D'EAU SUR L'HERBE

Fourchettes de temperature d'activité des principaux strongles, avec T° à risque élevé.

Fourchettes de temperature d'activité des principaux strongles, avec T° à risque élevé.

L'impact des L3 sur les animaux

Tout dépend de la quantité de L3 d'une même espèce ingérée et du degré d'immunité des ovins .

Seulement une infestation massive dans la durée de L3 actives va entraîner des troubles.

    • les principales réactions chez les agneaux vis à vis des L3 vont être la perte d’appétit et le développement de la réponse immunitaire, ce qui va mobiliser de l’énergie . L'impact commence bien avant les symptômes visuels (perte état , diarrhée) et à ce stade il est trop tard pour rattraper.

    • L'immunité commence à être acquise vers 6 mois mais n'est pas atteinte avant 18 à 20 mois

    • les adultes en état de stress (autour de la mise bas jusqu'au pic de lactation, lutte, animaux malades, attaque de chiens etc.) subissent une réduction de la réponse immunitaire et les L3 se reproduisent plus librement avec excrétion d’œufs.

    • Les L3 ingérées par les adultes (+ de 18 mois) avec une bonne immunité vont être stoppées dans leur développement.

 

Dans un troupeau 20% des animaux sont responsables de 80% des œufs excrétés.

L'impact néfaste des strongles va surtout affecter les agneaux de printemps.

Gérer le parasitisme en Bretagne - vivre avec les strongles . 2017
Gérer le parasitisme en Bretagne - vivre avec les strongles . 2017

 

Comment réduire la quantité de larves L3 sur les pâtures ?

 

Le graphique illustre la pression parasitaire au fil de l'année si on n'intervient pas – avec des parcelles utilisées assez intensivement (parcelles les plus pratiques , près de la bergerie, pour les mises bas etc.)

Les notions indispensables pour établir un bon plan de gestion sont énumérées ci-dessous.

                    • Bon état des animaux, bonne alimentation

                    • Connaissance des parasites, leur cycle de vie, époque de forte pression,les effets météo sur leur survie etc.

                    • Le statut immunitaire des lots

                    • Gérer les parcelles : établir les parcelles à risque chez soi. La quantité de crottes sur pâture dépend de comment la pâture est organisée. Il est quasi impossible de planifier un pâturage tournant pour éviter la pression parasitaire. Avoir des zones de couchage (ex bois) incluses dans les parcelles. Établir les rotations pour favoriser une bonne repousse de l'herbe pour une bonne alimentation et éviter de brouter trop ras. Alterner bovins/ovins dans le cas où on a les deux.

                    • Connaître les cultures – plantes intéressants pour leur effet vermifuge : Chicorée, plantes contenant des tannins etc.

                    • Gérer le troupeau (ex. si on a peu de surface on peut envisager un agnelage d'automne, un sevrage précoce avec agneaux élevés en bergerie, rentrer le troupeau la nuit etc.)

                    • Vermifuges – bien choisir qui traiter et quand , pour éviter des résistances.

                    • Génétique - certains animaux n’acquièrent pas d'immunité. Favoriser la sélection d'animaux résistants.

                    • Quarantaine – tout animal acheté est sérieusement vermifugé puis après 24h mis à pâturer sur une parcelle contaminée.

                    • Coprologies – le moyen de connaître les parasites chez soi et le degré d'infestation des lots.

Les conseils d’Émilie visent à :

Maintenir une population de parasites diversifiés et en nombre limité

 

Premier principe : ne pas cultiver les parasites

Il faut absolument empêcher les animaux d'excréter trop d’œufs dans les pâtures

  • - éviter au maximum les chargements instantanés importants, notamment avec des animaux sensibles et contaminés

  • éviter le surpâturage

  • réaliser des traitements ciblés des animaux quand ils « relarguent » trop d’œufs.

 

Le deuxième principe : ne pas traiter les animaux résistants

En plus d'économiser des traitements , ce principe permet de

  • préserver une niche de parasites diversifiés

  • de limiter la vitesse de sélection de parasites résistants

  • de stimuler l'immunité de prémunition du troupeau

 

Ensuite la gestion dynamique des parcelles passe par

  • l'évaluation de l'impact parasitaire à un instant T (avec toutes les paramètres déjà cités)

  • à proscrire : le surpeuplement même momentané en général associé à des rotations rapides, le surpâturage , les temps de séjour longs (supérieur à 21j : souvenez vous - cycles des strongles)

 

Ces journées de formation nous ont bien fait remettre en question nos pratiques et en ce début d'année 2017 il est encore temps de revoir notre plan d'action pour l'année à venir, armés d'un calendrier et plan des parcelles, plan de gestion des lots...

 

Émilie SALESSE peut intervenir en individuel ou pour animer des journées sur les thèmes sanitaires souhaités (sur toute la Bretagne et ailleurs). Dans notre Groupe Mouton elle est déjà intervenue pour un gros problème de prolapsus chez un des éleveurs et elle accompagne d'autres éleveurs en voie d'installation. Elle connaît bien les ovins et propose aussi un « contrat » avec l'éleveur où elle vient faire un diagnostique globale de l'exploitation (alimentation / statut sanitaire etc.) et ensuite elle donne des conseils sans nécessairement venir physiquement . Nous avons apprécié sa clarté et ouverture et acceptation que chacun a sa propre façon de fonctionner.

Vous pouvez la contacter :  salesse.alterveto@gmail.com
02 97 34 52 45

et si vous arriver à lire l'anglais voici le bible des néozélandais sur le sujet !

http://wormwise.co.nz/wp-content/uploads/2014/06/wormwise-handbookMay-2105.pdf

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
  • : Ce blog est le journal de liason de notre groupe mouton.Il est aussi destiné à tous ceux qui s'interesse aux moutons,à la laine aux chiens de troupeau etc.Posez nous vos questions.Faîtes vos commentaires!
  • Contact

Recherche