Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 08:01

 

Bonjour, installé avec ma compagne, mon troupeau et autres animaux depuis mai 2015 dans un bâtiment de la commune d'Elven, nous sommes forcés de partir immédiatement pour des raisons administratives. Nous recherchons donc URGEMMENT un bâtiment susceptible d'accueillir 73 ovins laitiers, et les installations inhérentes à la production laitière au plus près de nos terres: SULNIAC, LA VRAIE CROIX (voire ELVEN, Tréffléan, Theix, Saint Nolff, Berric, Questembert, Larré). Merci de votre attention!

 
TELEPHONE 06 61 96 61 56

 

 

 

 

-- envoyé par IFRAH (gael99@gmx.fr) gael99@gmx.fr

 

 

Voici la demande nous envoyée par Gaël - si vous avez des pistes pour eux n'hesitez pas à les lui donner rapidement.

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
commenter cet article
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 16:52

Nous avons été contacté par Sandrine Bihorel qui utilise la laine de mouton et alpaga pour faire des oeuvres et objets en feutre. Elle propose des stages pour apprendre les techniques  qu'ensuite vous pouvez experimenter avec vos propres toisons. Les techniques ainsi que le materiel necessaire sont simples. Pour carder un peu de laine, des brosses métalliques pour chien peuvent faire l'affaire au début. Voici une vidéo d'un exemple de son travail .

Vous trouverez plus d'informations sur son site , en particulier concernant les stages . N'hesitez pas à la contacter si certains stages déjà complets vous interessent.

Pour accèder à son site cliquer sur la barre blanche

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans laine tonte feutre
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 14:09
PAC 2016 : contractualisation obligatoire pour bénéficier de la majoration de l’aide aux ovins

Voici une information transmise par la FDSEA 56 le 8 janvier 2016:

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
commenter cet article
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 12:38

 

 

 

 

Comment juger l'état corporel d'un mouton ?

A quoi cela sert ?

 

La NEC (Notation d’État Corporel) est une grille de notation utilisée à travers le monde pour les ovins. Les notes vont de 1 (très maigre) à 5 (obèse)

C'est un outil simple et fiable qui aide à la décision

par exemple :

  • tri des lots, réformes

  • alimentation ( rations , pâture, avec échographie conduite des simples/doubles etc)

- sanitaire (vermifuges etc)

  • choix des animaux à l'achat

 

La NEC permet d’estimer les réserves de gras. On estime qu'une brebis en bon état varie entre 2,5 (au sevrage de ses agneaux) à 3,5 (à la lutte).- voir graphique ci-dessus.

Comment juger de l'état corporel d'un mouton? A quoi celà sert?

Comment faire ?

Il s'agit de tâter le dos du mouton au niveau des lombaires (entre la cage thoracique et l'arrière-train) Les mots techniques à retenir sont : apophyses épineuses (épines dorsales) et apophyses transverses (côtes)

Comment juger de l'état corporel d'un mouton? A quoi celà sert?Comment juger de l'état corporel d'un mouton? A quoi celà sert?

Quelle note donner ?

Sans entrer dans les détails (voir liens ci-dessous), plus on sent les apophyses épineuses et plus on peut glisser les doigts sous les apophyses transverses plus la note est basse. Si on ne sent plus du tout ces os la note est 5 (rare).

Avec une note 2 (normalement la plus basse sur un troupeau en bon état) on sent les apophyses épineuses comme une ondulation sur le dos. On sent les apophyses transverses et on peut engager les doigts entre ces os avec une légère pression.

Avec une note 3 on sent une ondulation très légère sur le dos(du mouton!) et il faut appuyer fort pour sentir les apophyses épineuses individuellement. C'est aussi seulement avec une forte pression qu'on sent l’extrémité des apophyses transverses.

Comment juger de l'état corporel d'un mouton? A quoi celà sert?
Comment juger de l'état corporel d'un mouton? A quoi celà sert?

Au-dessus on a essayé d'expliquer le plus utile et simple .

Voici quelques vidéos en français et anglais (mais les gestes sont les mêmes et un mouton reste un mouton...)

 

Pour les demi-notes (2,5 etc) voir la documentation (liens)

Cliquer sur les bandes blanches pour avoir le lien! ou parfois le lien dans le texte...

fait par le GDS en septembre 2015

Dans la vidéo en anglais ci-dessous il s'agit de trier un lot de 49 brebis pour marquer les réformes.  Visuellement quand elles passent dans le couloir on n'arrive pas à voir leur état. Leur poids vif non plus ne donne pas leur état .

Le berger tâte seulement au niveau des apophyses traverses pour aller vite et marque toutes celles avec une note en-dessous de 3. Les notes varient de 1,5 à 4 . Le poids moyen est 62,7kg et les extremes : 45kg et 89,6kg.

estimation état de lot de 49 brebis . En tâtant seulement les apophyses transverses pour aller vite.

Dans la dernière vidéo la notation est expliquée par geste et dessin.  ​

les notes par geste et dessin

Tout ceci est valable pour toutes les races de mouton et tous les stades de croissance. Si vous avez des infos à ajouter envoyer nous vos commentaires.

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans santé des moutons
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 09:12

 

 

Visite chez Philippe , décembre 2015

La dernière fois que nous sommes allés chez Philippe (avril 2013) il commençait à aménager sa nouvelle bergerie. On était une quinzaine du Groupe Mouton et nous avons pu constater les progrès.

Petit rappel sur son exploitation : 53ha , 200 brebis (100 Romanes dont 28 agnelles et 100 croisées Vendéen/ Rouge de l'Ouest) plus des porcs charcutiers.

La visite a commencé par la bergerie.

D'un côté du couloir central, la travée qui faisait la longueur de la bergerie sur 9m de large a été divisée par un deuxième couloir, à passage d'homme . Ceci permet l'accès aux cases pour petits lots (béliers, brebis de réforme , agneaux traînards etc.) et au parc à brebis.(ceci est divisible par clôtures mobiles). Le couloir peut aussi servir pour le tri et passage au pédiluve. Des cornadis bloquants ont été posés le long des deux côtés du couloir central qui fait auge trottoir. Ci-dessus photos de 2013 et 2015.

vue de la travée en 2013 et 2015
vue de la travée en 2013 et 2015

vue de la travée en 2013 et 2015

Quelques vues des aménagements de cette travée : couloir/auge trottoir , case agneaux, cornadis, pédiluve etc.
Quelques vues des aménagements de cette travée : couloir/auge trottoir , case agneaux, cornadis, pédiluve etc.
Quelques vues des aménagements de cette travée : couloir/auge trottoir , case agneaux, cornadis, pédiluve etc.
Quelques vues des aménagements de cette travée : couloir/auge trottoir , case agneaux, cornadis, pédiluve etc.
Quelques vues des aménagements de cette travée : couloir/auge trottoir , case agneaux, cornadis, pédiluve etc.
Quelques vues des aménagements de cette travée : couloir/auge trottoir , case agneaux, cornadis, pédiluve etc.

Quelques vues des aménagements de cette travée : couloir/auge trottoir , case agneaux, cornadis, pédiluve etc.

En ce qui concerne le piétin, Philippe fait partie d'une expérimentation pilotée par le GDS afin de réduire l'impact du piétin dans un troupeau. Le pédiluve (voir photo) est rempli d'un mélange chaux/ huiles essentielles.Un protocole a été mis en place avec deux lots de 25 brebis. On observe l'état de leurs pieds. Un des lots passe dans le mélange 5 fois ( un passage 3 jours de suite puis encore 2 passages à 15 jours d'intervalle). L'autre lot fait témoin non traité. Philippe constate qu'il y a une amélioration dans le lot traité. En plus il est très facile de passer un grand nombre de moutons rapidement. Le GDS cherche plus d'éleveurs pour cet essai.

le pédiluve avec portes mobiles qui ferment le couloir avec passage obligé par le pédiluve

le pédiluve avec portes mobiles qui ferment le couloir avec passage obligé par le pédiluve

La fermeture de la bergerie par bardage est finie de l'autre côté du couloir central. Le mur qui séparait l’espace en deux a été enlevé ce qui rend de la lumière au fond . Les brebis croisées y sont en attente d'agnelage. Elles sont nourries par le couloir central. Les clôtures mobiles peuvent diviser le parc – en ce moment avec stockage de foin sur un côté.

vues 2013 et 2015 : la même section du couloir central
vues 2013 et 2015 : la même section du couloir central

vues 2013 et 2015 : la même section du couloir central

les brebis croisées , stockage de foin , deux des chiens de service ..et des bergers bergères
les brebis croisées , stockage de foin , deux des chiens de service ..et des bergers bergères
les brebis croisées , stockage de foin , deux des chiens de service ..et des bergers bergères
les brebis croisées , stockage de foin , deux des chiens de service ..et des bergers bergères
les brebis croisées , stockage de foin , deux des chiens de service ..et des bergers bergères

les brebis croisées , stockage de foin , deux des chiens de service ..et des bergers bergères

Sur ce côté le prochain aménagement concerne des cases d'agnelage que Philippe comptait faire en dur (parpaings). L'avis générale des moutonniers a été de lui déconseiller ce système et de préferer des cases mobiles faciles à démonter.

Aujourd'hui le curage de la totalité de la bergerie peut se faire au tracteur. Toutes les clôtures transversales actuelles peuvent être enlevées.

Voici une photo d'une case de réchauffement d'un agneau nouveau-né. La lampe est utilisée avec précaution.

 

chauffe agneaux
chauffe agneaux

chauffe agneaux

Presque tous les lots sont alimentés avec foin et betteraves. Les betteraves ont une valeur alimentaire équivalente à l'orge et une digestibilité élevée. Elles sont distribuées entières dans les parcs (voir photos). Philippe cultive 3ha et a tout le matériel nécessaire pour la récolte.

le silo de betteraves avec materiel de distribution

le silo de betteraves avec materiel de distribution

Nous avons aussi vu les agnelles de renouvellement de race Romane, achetées chez Vincent. Elles ont foin et granulés. La mangeoire est fabriquée maison avec des embouts récupérés sur

des portillons de cases porcs et des tubes d'assainissement (aquatub) coupés en deux (voir photo)

les agnelles Romanes et leur mangeoireles agnelles Romanes et leur mangeoire
les agnelles Romanes et leur mangeoire

les agnelles Romanes et leur mangeoire

 

Après ce tour du troupeau et des aménagements bergerie d'autres questions ont été abordées – des problèmes de prolapsus chez Jean-Michel en particulier. En résumé : la distribution le matin de betteraves prédécoupées en quantité dans les auges semblait pouvoir être à l'origine des prolapsus. Un prochain article sera consacré à ce problème. Ces visites ont l’intérêt de pouvoir apporter des idées fraîches sur les problèmes rencontrés.

 

La programmation de la Saison 10 (!) du Groupe Mouton a été aussi mise au point :

- Le 19 janvier gestion du parasitisme

( à Questembert ; inscriptions avant le 4 janvier )

Une suite sera donnée pour comparer les pratiques des uns et des autres selon les conclusions de cette formation initiale.

- Deux visites chez des éleveurs début mai (selon foins) et en fin d'année

        • Une journée au mois de septembre dans la région du Mont St Michel : visites chez deux éleveurs et au Mont ! Certains ont bien regretté que cette visite avait été abandonnée en 2015.

        •  

Alors noter sur vos calendriers !

 

 

Bonne Année 2016 à tous !

  •  

Visite chez Philippe : décembre 2015 , aménagements bergerie.
Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans amenagements bergerie
commenter cet article
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 14:53
 PAC Grand Ouest: Pile, je gagne. Face, je m'adapte

Vous trouverez CI JOINT la plaquette élaborée par le réseau ovin grand ouest sur la PAC: "Pile, je gagne. Face, je m'adapte"

 PAC Grand Ouest: Pile, je gagne. Face, je m'adapte
 PAC Grand Ouest: Pile, je gagne. Face, je m'adapte
 PAC Grand Ouest: Pile, je gagne. Face, je m'adapte
Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans Economie
commenter cet article
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 14:32

Journée OVINS LAIT BIO - le 1.10.15

Organisée par le réseau Initiative Bio Bretagne (IBB), cette journée s'est tenue chez Yann et Pauline Jouillat éleveurs à Melrand (56). .

Les interventions de la journée - la situation en France puis Bretagne

- Témoignage de Ludovic Josse , éleveur à Josselin

- Témoignage de Yann Jouillat et visite des

bâtiments de leur ferme

- visite de la laiterie de Kerguillet à Plouay où Yann livre une partie de leur lait.

Situation en Bretagne .

Les achats de produits Bio en général sont en augmentation y compris les fromages au lait de brebis bio . La production de lait de brebis est relativement récente en Bretagne , avec environ 3000 brebis lait ( 1 157 000 en France) dont 2267 en Ile et Vilaine. La société Triballat à Noyal sur Vilaine (35) transforme le lait de vache, chèvre, brebis ...et soja. Ils ont installé 8 éleveurs il y a une dizaine d'années en brebis lait Bio et ne travaillent que le lait bio (marque Vrai) . Julien Brothier est le premier producteur transformateur à s'installer .

La moitié des 22 élevages (chiffres 2013) en brebis lait bio en Bretagne se trouve donc en Ile et Vilaine ( 3 – Morbihan, 6 - Côtes d'Armor, 2 – Finistère) Les producteurs transformateurs ont 50 brebis en moyenne.

Deux laiteries collectent le lait de brebis bio .Triballat - qui ne cherche pas d'éleveurs supplémentaires en ce moment et Kerguillet- qui en cherche. Il y a 4 fromagers dont 3 autour de Rennes qui achètent du lait. Le prix du litre de lait acheté est environ 1.20€ et la valorisation par les producteurs transformateurs 3,50€ à 4€ . La production d'une brebis est de 210l/an en monotraite et 15% de plus en deux traites par jour.

Ludovic Josse à La Croix Helléan (56)

Ludovic et Marie-Eve élèvent 110 brebis Lacaune depuis 2012 .La ferme familiale de 25 ha a été reprise en 2010 par Marie-Eve avec conversion en brebis lait bio et construction d'une fromagerie en 2011 -un très gros investissement (65000€ au départ et 19000€ ensuite) - un choix afin de travailler dans les meilleurs conditions dès le départ avec leur projet bien mûri depuis plusieurs années. Ludovic insiste sur ce temps utilisé dans les formations et les stages en fromagerie / élevage, car ensuite les premieres années d'installation sont très dures car on a tout à mettre en place : travaux des champs, alimentation, pâturage, clôtures, agnelages, traite, fromagerie /transformation, circuits de vente -marchés, livraisons, préparation de paniers etc.

Leur production de 22000l/an est entièrement transformée – 80l /semaine en yaourts plus 110 à140l en fromage lactique et pâte molle et le reste en pâte pressée (tommes) - environ 60% de la production, avec un affinage de 4 à 8 mois. La vente de ces tommes permet d'être présent sur les marchés (Josselin et Ploermel) toute l'année. La vente se fait aussi sur internet avec www.Clic ta Brouette.

Un salarié a été embauché, ce qui soulage la pression . Le gros du travail est de février (agnelages) à la mi-août.

Les plus gros problèmes rencontrés sont la gestion du parasitisme – au tarissement un vermifuge classique est autorisé sur brebis maigres et après coprologie. Des blocs à lêcher bio anti-parasites sont mis à disposition. En Bio la prévention est la règle prioritaire et le cahier des charges encadre strictement les traitements. Ludovic utilise aussi le chlorure de magnésium en cures.

Une autre grande préoccupation est l'autonomie en alimentation. L'année est calée sur la pousse de l'herbe/lactation. Pour maintenir le niveau de lait il faut de l'herbe de qualité avec des légumineuses (trèfle etc.)

Une journée de formation sur ce sujet aura lieu justement chez Ludovic et Marie-Eve : GERER L'HERBE AVEC DES BREBIS LAITIERES . Le jeudi 22 Octobre 2015 de 10h30 à 17h .

Inscriptions au CEDEPA (02 96 74 75 50) ou par mail aurelie.cedepa@orange.fr

Le FRAB GAB a édité une fiche technique (N°17) sur l'élevage de Ludovic et Marie-Eve. Si vous voulez des informations très détaillées sur leur parcours, installation, financement etc. , cette fiche est à lire absolument .

Yann et Pauline Jaillat à Melrand

2005 – Yann s'installe sur 74ha avec 450 brebis Romanes avec vente d'agneaux à la coopérative. La charge de travail et les problèmes récurrents (piétin) le font réfléchir à un changement de direction.

2010 – vaches allaitantes et 200 brebis viande

2013 – Pauline se forme en fromagerie , démarrage brebis lait .

2014 - Première lactation et transformation. Passage en bio.Investissements d'occasion: 20 000€

2015 - 130 brebis lacaunes et 50 agnelles . 26500L lait produit . Vendu à la laiterie de Kerguillet – 1.20€ le litre (9 traites/semaine) et transformés (5 traites). 36 vaches allaitantes.

75ha plus 10ha de mise à disposition – 70 ha de prairies et 14ha de céréales (avoine, orge, féverole, triticale/pois)

La bergerie est une ancien étable transformée. Les agnelles de renouvellement sont dans un lot. La partie centrale est utilisé pour les brebis en lactation – avec cornadis bloquants et accès à une aire d'attente pour monter sur le quai de traite par un couloir plein avec chicane au bout.

Quelques vues de la bergerie
Quelques vues de la bergerie
Quelques vues de la bergerie
Quelques vues de la bergerie
Quelques vues de la bergerie
Quelques vues de la bergerie

Quelques vues de la bergerie

. Le quai de traite de 12 places a été acheté d'occasion pour 1000€ ( un 2 X 18 places neuf peut coûter 60 000€). Il comporte un tapis roulant permettant de mettre automatiquement du concentré à chaque place. La traite dure 1h30 matin et soir. Le lait est stocké en tank pour la laiterie ou transformé dans la fromagerie (accès derrière le quai de traite) en yaourts, fromages lactiques et tommes. Le circuit de vente se met en place avec en particulier le marché de Lorient.

Quelques vues du quai de traite
Quelques vues du quai de traite
Quelques vues du quai de traite
Quelques vues du quai de traite
Quelques vues du quai de traite
Quelques vues du quai de traite
Quelques vues du quai de traite

Quelques vues du quai de traite

cochons au petit lait, remorque de marché , bâtiments de stockage etc.cochons au petit lait, remorque de marché , bâtiments de stockage etc.cochons au petit lait, remorque de marché , bâtiments de stockage etc.
cochons au petit lait, remorque de marché , bâtiments de stockage etc.cochons au petit lait, remorque de marché , bâtiments de stockage etc.cochons au petit lait, remorque de marché , bâtiments de stockage etc.

cochons au petit lait, remorque de marché , bâtiments de stockage etc.

Journée brebis lait Bio

Les brebis taries sont en attente avec foin dans la troisième travée. Les béliers sont groupés en lot. Les prochains agnelages sont prévus pour janvier 2016.

Laiterie de Kerguillet

L'après-midi nous avons visité la laiterie de Kerguillet à Plouay. La laiterie existe depuis 1920 et la fabrication bio depuis 2000 – en vache et chèvre, puis en 2015 le lait de brebis bio. Ils sont à la recherche de producteurs de lait de brebis bio. Bientôt 100% de la production de la laiterie sera en bio. Leurs produits sont vendus dans les magasins bio et leur deux magasins propres (Lorient et Hennebont) et aussi sous des marques de distributeur (MDD). En 2016-2017 ils font de gros investissements dans la modernisation et aménagement de leur outil de travail.

La visite de la laiterie Kerguillet à Plouay
La visite de la laiterie Kerguillet à Plouay
La visite de la laiterie Kerguillet à Plouay
La visite de la laiterie Kerguillet à Plouay
La visite de la laiterie Kerguillet à Plouay
La visite de la laiterie Kerguillet à Plouay

La visite de la laiterie Kerguillet à Plouay

EN-DESSOUS des liens vers divers sources d'informationet contacts pour éleveurs , futurs éleveurs et ceux qui reflechissent à une conversion vers le bio

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans brebis lait
commenter cet article
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 14:48

Voici un résumé des conseils de Laurence SAGOT de l'Institut de l'élevage pour assurer le renouvellement de son cheptel:

Les agnelles sont le capital à venir de l’exploitation d’où l’importance d’en prendre soin pour pérenniser l’élevage. A noter que le taux minimum de renouvellement d’un troupeau doit être de 20 % pour conserver une bonne pyramide des âges et reformer les improductives, les anciennes, les brebis à problème.

L’objectif pour l’éleveur est donc :

  • D’assurer le taux de fertilité des agnelles à la première reproduction,
  • De garantir leur production laitière pour nourrir leurs agneaux,
  • de préparer les agnelles à devenir des ruminants.
  1. Assurer la fertilité des agnelles par le tri au pesage

Il est essentiel que le poids des agnelles à la première mise à la reproduction ait atteint les deux tiers du poids adultes soit 47 kg environ.

Il a été étudié que des agnelles pesant moins de 47 kg avaient un taux de fertilité de 51 % contre 84 % pour les agnelles de plus de 47 kg.

Autre constat : les agnelles de faible poids au sevrage ne rattrapent jamais leur retard d’où l’importance de les peser et trier dès le sevrage.

Les poids planchers au sevrage sont les suivants :

  • 25 kg pour un sevrage à 70/80 j et une conduite en bergerie,
  • 25 kg pour un sevrage à 100 j et un allaitement à l’herbe,
  • 28 kg pour un sevrage à 120 j et un allaitement à l’herbe.

Pesée de contrôle avant la mise en lutte

Des agnelles trop faibles ne prendront pas bien d’où l’importance de les peser avant la lutte :

  • Pour des naissances en mars et une lutte à 7 ou 8 mois, réaliser une pesée en septembre. Si le poids est inférieur à 35kg, ne pas hésiter à envoyer à la boucherie.
  • Pour une lutte à 12 mois, pesée en décembre : si le poids est inférieur à 40 kg : reforme !
  1. Garantir la production laitière pour ses agneaux.

Pour cela il faut que la croissance de l’agnelle (de deux mois à la puberté (6 mois environ)) ne soit pas trop élevée. Un gain de 170 g par jour va augmenter le tissu adipeux de la mamelle et une agnelle grasse avant la puberté ne fera pas une bonne productrice de lait.

Donc à retenir : une croissance inférieure à 170 g par jour avant la puberté !

Rationnement des concentrés

La mise à disposition de concentré à volonté entraine des niveaux de consommation excessifs sans régulation par les agnelles et donc un surcout pendant la période de pâturage inutile. Il est donc important de rationner l’apport de concentré pour les agnelles nées au printemps.

Si la mise en lutte est précoce (8 ; 9 mois) prévoir un apport de 120 g/j.

Si la mise en lutte est plus tardive (12 mois), 50 g / j suffiront pour atteindre l’objectif de 47 kg.

Pour les agnelles nées en automne et qui passent un certain temps en bergerie, l’apport de concentré est important pour permettre une croissance de 100 à 150 g par jour. Dans ce cas, le concentré est mis à disposition des agnelles à volonté les 15 jours qui suivent le sevrage. Ensuite il est rationné selon la qualité du fourrage distribué :

  • Foin de bonne qualité (>0.8 UFL) : + 400 g de concentré
  • Foin de qualité moyenne (0.6 – 0.7 UFL : 500 à 600 g de concentré.
  1. Développer le rumen.

Il faut permettre le développement de la panse dès le sevrage pour préparer les agnelles à devenir des bons ruminants et consommer suffisamment de fourrage.

Si ce n’est pas fait la première année cela ne se rattrape pas !

Pour cela, après avoir mis à disposition du concentré pendant les 15 jours après le sevrage, il est ensuite rationné en limitant les quantités suivant la qualité du fourrage (voir ci dessus).

Pour favoriser l’ingestion et développer la panse, il faut que le fourrage ne soit pas trop grossier et qu’il soit distribué et aéré à l’auge tous les jours.

Autres éléments importants à prendre en compte:

  1. La mise à l’herbe : moment délicat

Passer de la bergerie à la pâture est un moment de transition dans le régime alimentaire qu’il faut bien suivre pour ne pas subir des pertes de poids importantes.

Pour cela, ajouter au lot quelques brebis de réforme qui guideront les agnelles dans leur apprentissage.

Autres solutions : soit vous apportez du concentré à l’herbe pendant deux semaines ou bien vous supprimez l’apport de concentré deux semaines avant la mise à l’herbe si le foin est de bonne qualité.

  1. Attention au parasitisme

Quel que soit l’âge de la mise à l’herbe, les agnelles ne disposent pas d’immunité face aux parasites. Il faut donc trouver par le traitement (5 à 6 semaines après la mise à l’herbe) un équilibre entre le maintien des performances de l’agnelle et l’acquisition de son immunité. Le traitement doit alterner les matières actives en raison des phénomènes de résistance existants.

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans agnelles
commenter cet article
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 15:17
Rehabiliter le mouton de Belle ile....à belle ile.

le Télégramme 18 juillet 2015

Jean-Marc Guégan, un agriculteur insulaire de 42 ans souhaite réintroduire une race de mouton oubliée sur l'île : « Le Belle-Ile » présente de nombreux atouts. Elle est résistante, docile et produit une viande de grande qualité.

Jean-Marc Guégan, insulaire de 42 ans, résidant à Bangor souhaite réintroduire sur Belle-Ile une race traditionnelle et rustique de mouton.

Installé dans la ferme familiale depuis 2006, l'agriculteur élève des brebis et quelques ovins. Attaché aux valeurs d'une agriculture respectueuse de l'environnement et des hommes, l'insulaire conduit son élevage d'une façon extensive (peu d'animaux pour une meilleure qualité). « J'élèvedes agneaux de prairie, élevés en plein air, et non aux granulés en bergerie. Selon moi, une agriculture de proximité est importante, aussi je m'investis près de l'association Au Coin des Producteurs dont l'activité principale est la vente directe collective de leurs productions. Ainsi, je

vends la majeure partie de mes agneaux au sein du point de vente de l'association. Dans une logique de développer une agriculture liée à son territoire, je cherche à développer une race traditionnelle de brebis au sein de mon troupeau.

« Le Belle-Ile » à l'ordre du jour

En e3et, existait jadis à Belle-Ile une race appelée " le Belle-Ile " ou également la race de deux. C'est une race très prolifique, pour laquelle les brebis donnent très souvent au moins deux agneaux à chaque mise bas. Elle a été petit à petit abandonnée des élevages bellilois entre autres car le fait de compléter l'allaitement des mères par des biberons était trop contraignant. Pourtant, cette race présente de nombreux atouts : elle est résistante, docile, produit une viande de très bonne qualité. Elles sont adaptées à des systèmes herbagers sur des terres pauvres, et à des fourrages grossiers. Enfin, sa laine est valorisable. L'intérêt de convertir mon troupeau à cette race est qu'il permet également de participer à relancer une race à très faible e3ectif et d'éviter qu'elle disparaisse, de Belle-Ile, et de Bretagne. Je souhaite idéalement transformer tout le troupeau dans les quatre années à venir, mais je souhaite procéder progressivement, pour voir si cela marche, si les brebis s'adaptent bien chez moi ». Pour ce faire, l'agriculteur utilise le financement participatif sur internet où une collecte est proposée. « Je trouve que le financementparticipatif de projets locaux porte du sens, car il permet une traçabilité directe de l'argent versé, des rencontres originales, du soutien à des projets de petite taille, localisé ».

Pratique

Site internet : https //:www.miimosa.com/reintroduisons-la-race-de-moutons-de-belle-ile-a-belle-ile.

Le projet initial de Jean-Marc est d'acquérir 50 brebis de race native de Belle-île.

SAUZON

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
commenter cet article
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 12:12

recré hall'la ferme : édition 2015

D'abord un grand merci à tous ceux qui ont participé depuis la première édition en 2002. C'est un moment de bonheur pour les enfants des écoles , le grand public et les agriculteurs. Une parenthèse dans les soucis quotidiens de la ferme. En bref … la recré! Ceux qui n'avait pas encore participé (Victor, Philippe, ) ont été agréablement surpris par l'ambiance , le décor et l'organisation. Voici quelques photos d'abord du stand ovins – il manque Marie-France et Victor sur les photos - puis des autres stands. Le tout se passe sous les Halles de Questembert, organisé en labyrinthe de découverte de l'agriculture locale.

Merci aussi à Jean-Claude et Denise pour le prêt des brebis avec leurs agneaux.

-et Jeanette était fidèle au poste de distribution de laine!

quelques vues - parfois un peu flou - dans le vif de la recré
quelques vues - parfois un peu flou - dans le vif de la recré
quelques vues - parfois un peu flou - dans le vif de la recré
quelques vues - parfois un peu flou - dans le vif de la recré
quelques vues - parfois un peu flou - dans le vif de la recré
quelques vues - parfois un peu flou - dans le vif de la recré
quelques vues - parfois un peu flou - dans le vif de la recré
quelques vues - parfois un peu flou - dans le vif de la recré
quelques vues - parfois un peu flou - dans le vif de la recré
quelques vues - parfois un peu flou - dans le vif de la recré
quelques vues - parfois un peu flou - dans le vif de la recré

quelques vues - parfois un peu flou - dans le vif de la recré

et quelques vues des autres stands et participants !
et quelques vues des autres stands et participants !
et quelques vues des autres stands et participants !
et quelques vues des autres stands et participants !
et quelques vues des autres stands et participants !
et quelques vues des autres stands et participants !
et quelques vues des autres stands et participants !
et quelques vues des autres stands et participants !

et quelques vues des autres stands et participants !

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans evenements ovins
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
  • Le blog de brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
  • : Ce blog est le journal de liason de notre groupe mouton.Il est aussi destiné à tous ceux qui s'interesse aux moutons,à la laine aux chiens de troupeau etc.Posez nous vos questions.Faîtes vos commentaires!
  • Contact

Recherche