Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 07:57

Voici un lien vers un document très intéressant link 

http://www.charente.chambagri.fr/fileadmin/CA16_internet/Productions_animales/R%C3%A9f%C3%A9rences/Mortalite_des_agneaux_V2.pdf

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans agnelages
commenter cet article
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 08:59

Voici le lien vers leur blog avec leur vidéo de promotion du metier d'éleveur ovin

link http://www.kernilien.fr/index.php/fr/le-blog/les-bts/121-seconde-place-au-salon-de-l-agriculture

On y voit quelques éleveurs des Côtes d'Armor et du Finistère ainsi qu'un distributeur automatique de concentré pour brebis.

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 21:24

 

Agnelages difficiles et utilisation du lasso.

Ayant eu  deux cas assez difficiles de positions d'agneaux sur deux mises bas  ces jours-ci (une avec la tête sans les pattes et une deuxième avec les pattes sans tête) l'utilisation d'un lasso pour aligner et sortir la tête m'a semblé nécessaire dans certains cas. Ce n'est pas une manipulation facile car dans le cas où il faut refouler la tête (avec lasso placé dessus) la cordelette risque de glisser si on ne fait pas très attention . Dans le cas d'un lasso qu'on doit placer sur la tête à l'intérieur de l'utérus avec une seule main derrière les oreilles puis avec noeud coulant qu'on place dans la bouche c'est encore plus difficile surtout avec une brebis en train de pousser .

        Voici quelques éléments qui pourraient aider à être plus efficace.

 

 

 

 

 

Vidéo de présentation par la tête et utilisation de cordelettes

Quand il y a présentation par la tête et il faut la refouler dans l'utérus pour retrouver les pattes, on recommande d'utiliser des liens (cordelette, lacets, lasso etc qui ne blesse pas) pour pouvoir aligner la tête et la tirer ensemble avec les pattes pour sortir l'agneau –

Dans la vidéo il s'agit d'une agnelle et le passage est étroit.

Comme la vidéo est en anglais voici les moments importants dans le texte avec les repères chronologiques :

     53s   on met une boucle de cordelette derrière les oreilles avant de refouler la tête.

     57s   beaucoup de lubrifiant avec des mains propres ou gantés

1m33s   l'agnelle est debout – cela donne plus d'espace dans l'abdomen et la pression est   moindre.

2m14s   c'est trop difficile de repousser la tête comme ça

2m49s   on tourne l'agnelle sur le côté et on surélève le train arrière . Se faire aider ( sinon il faut faire comme dans le dessin plus bas en attachant les pattes arrières et en passant la corde sur ses épaules pour avoir les mains libres )

 3m23s cette position est efficace pour empêcher la brebis de pousser et la pesanteur aide à replacer la tête de l'agneau dans l'utérus.

3m37s on cherche une patte et on la sort et on met une cordelette avec noeud coulant bien placé.

4m21s le deuxième - pareil

4m 58s on aligne la tête et on tire sur le tout

5m15s on ne coupe pas le cordon ombilical . Il cassera tout seul et cela permet aux vaisseaux de se replier comme un ressort.

 

Dans le cas vu sur cette vidéo l'agnelle avait été échographiée et l'éleveur lui a mis une marque selon le nombre d'agneaux. Celle-là en a deux et le vétérinaire fouille avec précaution pour sentir la position du deuxième – la tête est repliée et il va sortir le deuxième agneau  dans la foulée.

 

et le dessin

14.2 soulever arrière train

 


 

Quelques documents et dessins de placement du lasso

 

Afin d'améliorer le lasso pour la tête il existe des lassos du commerce (voir image)qui ont l'avantage d'être plus rigides et glisseront moins pendant qu'on fait la manipulation . Il est peut-être possible de fabriquer un tel lasso avec une gaine électrique. Il faut pouvoir le serrer entre les mâchoires.


14.2 pulleze 2

Voici une petite vidéo qui montre comment on place les cordelettes sur les pattes et un lasso rigide  sur la tête de l'agneau qu'il faut imaginer dans l'utérus - et on travaille avec une seule main... 

 

 

Quand on a sorti l'agneau on peut l'aider à s'activer en lui trempant la tête dans un seau d'eau.

14.2 plonge tête

14.2 agnelages lasso14.2 réanimationc

Ces déssins viennent du GIE OVIN Provence

(si vous avez des idées à ajouter à cet article n'hésitez pas à nous écrire car tout ceci est facile à décrire mais dans la pratique...)

et un dernier lien vers un article général sur les agnelages difficiles avec une photo de lasso en place link http://www.reconquete-ovine.fr/spip.php?article665 

Nous avons eu un premier commentaire . Voici le lien en caoutchouc dont il parle -qu'on trouve facilement 

pulleze 5

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans agnelages
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 17:36

 

Les origines de la race Poll Dorset

'Poll' veut dire 'sans cornes' . Cette race à été élaborée à partir d'une ancienne race anglaise des plaines de la côte sud - la race Dorset – déjà connue en grand nombre au 17e siècle . Et déjà reconnue pour son aptitude au désaisonnement.( Quelques aspects du cycle sexuel des brebis.  ) C'est la seule race britannique ayant cette caractéristique . Le Dorset a aussi de magnifiques cornes en spirale – les béliers et brebis. Bien que les origines plus anciennes soit perdues dans les brumes du passé , une race locale - le Portland – restée isolée sur une presqu'île de cette côte a probablement été  améliorée . Le Portland est aussi connu pour son désaisonnement et ses cornes et qui ressemble plus au races locales méditerranéenes que nord européennes. A-telle du sang Mérinos? 

dorset hornMoutons Portlanddorset.jpgorigin-dorset.jpgmerinos 1

Les Dorsets ont été largement exportées aux USA et en Australie et les éleveurs de ces pays ont voulu éliminer les cornes pour des raisons pratiques. Aux USA des Dorsets sans cornes sont apparus et les Américains les ont utilisés pour sélectionner leur race Poll Dorset.

Les Australiens ont utilisé une autre race de croisement pour éliminer les cornes .- le Ryeland (une race anglaise des bords de la rivière Wye) sans cornes, bien charpenté, avec une laine de qualité.  Les Poll Dorsets qu'on trouve en Angleterre  sont issus de ceux-ci.

ryeland-wool-colour.jpg

Aujourd' hui on parle de Dorset Horn* (race Dorset ) et de Poll Dorset.

(Pour information - ne pas confondre avec la race Dorset Down , originaire des collines et qui n'a pas de cornes et qui est issue des croisements avec des béliers Southdown ( Historique d'une race ovine : Le Southdown . )

                  (* Horn = corne)

 

Et voici quelques photos des Poll Dorsets de chez André le Mellionnec à Bignan. Il a commencé à constituer un troupeau de cette race ily a 3 ans en achetant 25 agnelles en France puis 13 agnelles et 2 béliers en Angleterre. Aujourd'hui il en a 42. Il a choisi cette race pour son aptitude au désaisonnement pour pouvoir fournir des agneaux sur une période plus longue

Il vend ses agneaux à BVB (Bretagne Viande Bio).

Les autres caractéristiques de cette race de taille moyenne sont :

-sa docilité - André trouve qu'elles ne cherchent pas LE trou dans les clôtures,

-sa qualité maternelle et laitière,

-la conformation de ses agneaux - les béliers sont utilisés pour améliorer la conformation sur d'autres races,

-son adaptation à des milieux divers , mais surtout herbagers.

-la prolificité est de 1,7 dans un troupeau bien mené .

14.1 LeM belier PollDorset

Bélier Poll Dorset

14.1 LeM brebis suitée PollDorset

Brebis Poll Dorset suitée

En ce moment c'est les agnelages . Les premiers sont nés au mois de Décembre, André est en phase de séléction au sein des animaux qu'il a acheté et vise une partie des agnelages fin novembre /début décembre. L'alimentation des brebis est : pâture, foin à volonté et un mélange luzerne/concentré - le Bio-Mash.

 14.1 LeM bergers14.1 LeM cases agnelage14.1 LeM mangeoires14.1 LeM Mélange concentré

Les agnelles achetées en Angleterre (devenues brebis!) sont bouclées dans les normes européennes y compris avec boucle éléctronique blanche qu'on voit (à peine!) à gauche sur la photo . On peut les lire avec un baton lecteur ...

14.1LeM Poll Dorset bouclage UK

et voici quelques autres photos de son troupeau - la bergerie fait 100 m2 mais il y a beaucoup d'améngements à faire encore et avec ce temps humide ce n'est pas facile. Nous avons déjà vu André et Corinne dans un article en 2011( Activités de fin d'année scolaire à Sulniac .Juin2011) Leur nouveau lieu leur convient mieux avec l'élévage de chiens de berger Australien de Corinne et le troupeau de Poll Dorset (avec quelques Roussins résiduelles de son ancien troupeau.)

14.1 Le M la troupe

14.1 LeM bélier14.1 LeMagneau PollDorset14.1 LeM bergerie

Pour plus d'information sur leur élevage :

EARL du VERTIN
André et Corinne Le Mellionnec
Marmater
56500 BIGNAN
Tel 02 90 73 39 80
mobile 06 09 79 60 60

 

 

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 17:04

 

Le cycle sexuel chez les ovins est lié à l'abondance de nourriture que les animaux trouveront au moment des mises-bas.  La brebis  aura constitué des réserves corporelles suffisantes depuis  la saison précédente pour sa gestation et début de lactation .  Quand  la végétation devient  poussante les agneaux sont en âge de la manger. Cet environnement alimentaire est lié au climat et particulièrement à la lumière - à la différence entre la longueur du jour et de la nuit.

Les races ovines et leur cycle sexuel  ont évolué avec ces paramètres.

Dans le sud de l'Europe, où le printemps vient plus tôt, les Mérinos ont une saison sexuelle plus longue que les races nordiques.

Les Vendéens - intermédiaires - peuvent venir en chaleur dès la mi-juillet .

Les Texels, originaire des Pays Bas, sont tardifs, et les chaleurs apparaissent vers la mi-septembre.

Chaque race a son horloge biologique* et on appelle désaisonnement, l'aptitude d'une race à venir en chaleur en dehors de la période habituelle.

Cette aptitude a été recherchée par les éleveurs qui souhaitent produire des agneaux toute l'année. Le Mérinos a été le plus utilisé en croisement pour créer de nouvelles races désaisonnables (Ile de France etc).

Il est évident que les agnelages hors saison impliquent des apports alimentaires adaptés aux besoins des animaux  - un coût supplémentaire qui peut être compensé par une trésorerie plus étalée sur l'année avec des prix plus élevés hors saison  et la fidélisation d'une clientèle.

Dans un troupeau d'une race quelconque il y aura toujours des brebis plus ou moins désaisonnées, mais la plus grande fertilité se trouve au moment où leur horloge biologique place leur saison sexuelle. Au berger d'observer et sélectionner selon ses critères.

 

*L'horloge biologique de la brebis est gouvernée par une hormone, la mélatonine,  sécrétée la nuit. Quand les nuits s'allongent à partir du solstice d'été, les chaleurs sont déclenchées à un certain niveau de mélatonine et ceci tous les 17j jusqu'à fécondation.

Les chaleurs durent environ 36h et l'ovulation a lieu dans les 18 à 36h après le début des chaleurs. Ensuite la gestation dure environ 5 mois (145j).

 

 

Notre prochain article concerne une race 'désaisonnable' - la Poll Dorset ( Poll Dorset : une race ovine)

 

 

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans races de moutons
commenter cet article
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 16:34

 Francois-Guy Lebeaupin devient le nouveau coordinateur du Groupe Mouton.

Voici ses coordonées : Tél : 06 69 72 47 36 . Ferme Le Lestin à Camoël 

                                Mail : fglebeaupin@gmail.com

 

 

Du renouveau aussi dans les groupes de développement du Morbihan. (BULLE 2

 

L'Union des GVA du Morbihan devient RES'AGRI et change de Logo .

Quatre des 6 Unions des GVA ont changé de nom .

 Le dernier en date : L'Union des GVA de la région de

Questembert devient S.E.M.AGRI (Sud Est Morbihan)

Ces changements permettent une organisation plus rationnelle et un renouveau des projets plus près des besoins des agriculteurs.

Le nouveau logo est à retenir.

Le Groupe Mouton est issu de la participation des éleveurs au Recré'Hallferme depuis  sa première édition et fait partie des groupes de développement de RES'AGRI avec ce lien particulier avec le GVA de Questembert .

Et voici la carte qu'il faut désormais retenir!resagri2

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans informations generales
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 09:01


Voici  l'article qui paraît aujourd'hui dans Ouest France à propos des vols de moutons chez Stéphane.

 

L'exploitant agricole désemparé. 50 moutons volés à Theix en un an

·                                 lexploitant-agricole-desempare_50-moutons-voles-theix-en-un.jpg

Face aux vols répétés de ses moutons, Stéphane Jamois, éleveur d’ovins depuis 12 ans, voit son troupeau fondre à vue d’œil. |

A Theix, ces quinze derniers jours, 22 animaux ont disparu. Au total, une cinquantaine ont été volés en un an.

Presque chaque matin, Stéphane Jamois, éleveurs d’ovins au lieu-dit Cleisse à Theix près de Vannes, fait des rondes sur sa propriété agricole. Face aux vols de ses animaux, il tâche de trouver la parade.

Depuis son installation, il y a douze ans, il est victime de vols. Chaque année, une quinzaine de moutons disparaissent : « Des particuliers qui alimentent leurs propres troupeaux ou leurs abattoirs », avance-t-il.

6 000 € de préjudice en 2013

Mais depuis le printemps dernier, la cadence des vols s’est accélérée : « Au mois d’avril, 17 agnelles de reproduction ont été volées. » Ces quinze derniers jours, trois autres vols ont été commis : 22 animaux ont disparu, dont dix agnelles qui allaient mettre bas et des agneaux de boucherie. Au total, une cinquantaine de brebis ont été volées : le préjudice financier est estimé à 6 000 € pour l’année 2013.

Il invite les victimes de vols dans les exploitations à se rapprocher de la gendarmerie de Theix (02 97 43 02 22) ou à le joindre au 06 71 72 35 70 et sur titegwenn1306@hotmail.fr

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans informations generales
commenter cet article
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 09:11

Le Blog est souvent sollicité pour avoir des informations concernant ces épidémies.

La maladie de Schmallenberg (SBV) est toujours sous surveillance épidémologique mais les éleveurs ne sont pas sous obligation de déclaration . Les plus gros problèmes sur notre secteur ont eu lieu aux agnelages de l'autome 2012 .

Nous rapellons que Il s’agit d’une maladie d’élevage qui peut se manifester par de la fièvre, une baisse d'appétit, l'arrivée de diarrhèes, voire des avortements et des malformations à la naissance.

Le virus n’est pas contagieux d’un animal à l’autre mais est transmis par des insectes vecteurs, les culicoïdes (moucherons piqueurs) Les adultes non gestantes sont peu affectés.

 Il n'existe aujourd'hui pas de traitement.

 

Depuis le 1 Septembre 2013 nous sommes dans la saison III des effets potentiels au moment des agnelages du virus de Scmallenberg. Un seul cas sur ovins à été répertorié dans la Manche. D'autres sont peut-être passés sans être signalés.

Il semblerait qu'une immunité est acquise après une première infection . 

Concernant le FCO des nouveaux cas ont été décelés en Corse où les dispositions ont été prises pour cerner l'évolution.

Tous ces informations se trouve sur le site officiel d'épidémologie dont voici le lien :

link http://www.plateforme-esa.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=265:surveillance-sbv-congenital-saison-20132014&catid=84:actualitessbv&Itemid=218

      et pour d'autres informations sur le SBV http://www.inst-elevage.asso.fr/spip.php?article20875

 

 

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans santé des moutons
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 15:33


François-Guy a accepté de nous livrer son sentiment sur son adhésion  au groupe d'échange mouton.

 

Voici en primeur, l'article qui paraîtra dans la revue Terra prochainement sans oublier quelques photos de notre berger!

 

 

Rien ne destinait François Guy a devenir un jour agriculteur et éleveur de moutons. Non issu d’une famille d’agriculteurs, il passe néanmoins une partie de ses vacances au Lestin à Camoel où son oncle et sa tante, possèdent un troupeau de moutons pour entretenir les marais qui bordent la Vilaine.

François Guy fera ses premières expériences professionnelles dans  le domaine commercial où il vend de l’acier pendant plusieurs années  avant de se tourner à 29 ans vers ce nouveau  métier qui «  mêle différentes compétences, des responsabilités, un rythme de travail calé sur un rythme de vie ».

Une formation BPREA en poche, son oncle qui lui propose la reprise de l’exploitation, un long travail de recherche de foncier, et le voici installé officiellement le 1° janvier 2012 en tant que jeune agriculteur à la tête  d’un cheptel de 200 brebis, 50 agnelles et un foncier de 60 hectares dont 52 de bonnes terres, le tout en agriculture biologique avec commercialisation en vente directe.

les-roussines-de-Camoel.JPG                                                                   Les brebis de Camoel

Malgré la formation qui lui ouvre les portes de l’agriculture, François Guy est conscient qu’il a tout à apprendre du métier d’éleveur. L’invitation à participer à une demi-journée d’échange avec d’autres producteurs de moutons le fait « tomber » dans le GVA, réseau totalement inconnu pour lui jusqu’à présent.

Il fait ainsi la connaissance d’agriculteurs du département ayant les mêmes préoccupations que lui. «  Je pouvais enfin parler de sujets qui me concernaient vraiment avec des personnes qui avaient de l’expérience dans le domaine », François Guy étant un des rares en filière ovine dans son BPREA. Depuis, il participe régulièrement aux rencontres du groupe « mouton ». « On a vraiment l’impression de faire partie d’une famille, d’un réseau. On peut contacter un des membres en dehors des nos temps de rencontre, si on a des besoins».

Trois ou  quatre fois dans l’année, les éleveurs se retrouvent donc au sein d’une exploitation. Pas de transmission magistrale mais des échanges denses entre chacun. « Tout le monde prend son temps de parole et il n’y a aucun jugement de valeur sur les choix que tu as pu faire sur ton exploitation. » L’écoute est très présente sans oublier la sympathie de chacun et l’ambiance très conviviale qui se dégage de ce groupe !

Globalement François Guy capitalise beaucoup de chose dans ces rencontres :

Le premier gain, professionnel, est l’acquisition d’expériences en très peu de temps. « C’est une sorte de « Think tank » (réservoir d’intelligence). Au contact des autres, on se rend compte que  l’idée que l’on a, peut tout à fait se réaliser. » François Guy a ainsi découvert que son objectif de tendre vers l’autonomie alimentaire n’était pas si utopique que cela, que les clôtures pouvaient tout à fait empêcher les moutons que quitter les prairies !!

«  On emmagasine plein d’informations qui peuvent nous resservir plus tard. » D’autant plus que le groupe a crée un blog  (brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com), animé par Susan elle-même éleveuse de moutons  et Astrid, animatrice du groupe. Cet outil moderne de communication est  la mémoire du groupe : on y retrouve tout ces temps d’échange, la présentation de chaque membre du groupe et bien d’autres thématiques (astuces, identification, soins etc.…)

Le deuxième gain, c’est ce balancement entre la tradition et la modernité de l’activité ovine : les visites permettent de mettre en évidence de nouvelles techniques simplifiant le travail, le rendant plus sécurisant ou à l’inverse, font ressortir des traditions, de l’authenticité  encore utiles aujourd’hui. Par exemple, A belle ile en octobre dernier, les membres du groupe ont  vu que les iliens préparaient depuis toujours, un billot de terres avec un aller retour de charrue sur le tracé de la future clôture pour la surélever légèrement.

Deux années après son installation, François Guy voit de nouvelles perspectives s’ouvrir à lui : il vient d’obtenir le  permis de construire pour sa nouvelle bergerie, (dans une commune classée en zone littorale, c’est un véritable parcours du combattant). Ceci  lui permettra à terme d’agrandir son cheptel à 300 brebis.

Et si on lui demande ce qu’il aurait fait si le groupe mouton n’existait pas, il répond aussitôt : « il aurait fallu le créer !! »

 FG le nouveau berger de Camoel

 François Guy, son chien, ses brebis...et la cape traditionnelle des bergers berbères!

 

 

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 16:07

Petite vidéo pour vous montrer comme quoi un chien est bien utile pour l'eleveur de mouton.

Démonstration de Stéphane Chanclu lors de notre visite à Belle Ile en octobre.

 

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans chiens de troupeau
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
  • Le blog de brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
  • : Ce blog est le journal de liason de notre groupe mouton.Il est aussi destiné à tous ceux qui s'interesse aux moutons,à la laine aux chiens de troupeau etc.Posez nous vos questions.Faîtes vos commentaires!
  • Contact

Recherche