Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 10:27
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix

 

Février 2017 : Nouvelles de Gaël installé depuis peu dans le Morbihan.

 

Les participants aux réunions du Groupe Mouton connaissent Gaël depuis l'époque ou il était stagiaire chez Julien à Sulniac. Il était en formation afin de s'installer en brebis lait. Au début les deux ont songé à s'associer puis Gaël a évolué vers sa propre exploitation mais les liens restent forts et il y a beaucoup d'entraide avec partage de certains matériels agricoles. Gaël est rejoint par sa compagne Lucille. Les deux ont des parcours assez variés. Après un an de Fac (anglais) Gaël a changé de voie pour devenir éducateur de rue mais après quelques années il voulait se rapprocher de la Bretagne et devenir éleveur. A 41 ans il réalise cet objectif mais aussi il continue à exercer bénévolement son savoir d’éducateur avec l’accueil de petits groupes de jeunes en liaison avec le Centre d’Éducation Renforcé d'Elven. Lucille (32 ans) est ingénieur agricole plus un diplôme d'analyses laboratoire. Elle a beaucoup circulé dans le milieu agricole - stages divers mais elle découvre pour la première fois les réalités de la vie avec les brebis ! En fromagerie elle a déjà un savoir faire.

Leur projet est de mener le troupeau en bio avec agnelage à l'automne et ainsi faire du fromage à la vente d'octobre à février, période où les autres producteurs n'ont plus de lait.

Trouver des terres et bâtiments à été un parcours difficile. C'est toujours plus compliqué quand on n'a pas de terres dans la famille. En 2016 avec ses 72 premières agnelles Lacaune lait (nées à l’automne 2015), installé sur Elven, ces terres et bâtiment ont dû être libérés. Heureusement les agnelles ont pu pâturer sur une parcelle assez grande à Sulniac. De l'orge de printemps a été semé sur 4ha attenant.

Pour cibler un agnelage à l'automne la prochaine étape était l'achat de 5 béliers (4 lacaunes et 1 solognot). Ces béliers ont été mis dans un petit parc étanche à l'intérieur de la parcelle des agnelles. Ainsi les agnelles pouvaient les voir, sentir, toucher à partir du 7 avril pour produire « l'effet bélier ». (sans flushing) Les béliers ont été lâchés du 1e mai à la mi-juillet.

Pour faire une avance sur trésorerie, 35 agneaux à naître ont été vendus.

Ensuite le souci a été de trouver un bâtiment avec terres attenantes et monter un quai de traite et fromagerie avant les mises bas prévues au plus tôt fin septembre. Il y avait une possibilité de terres ailleurs sur Sulniac au Douaro avec 8ha d'un seul tenant mais pas de possibilité de bâtiment. Après un mois de recherches intensives, il s'est avéré qu'une parcelle de 2ha (Kermaria) était à la vente en bordure des 8ha.

L'affaire a été conclue et la course contre la montre pour accueillir les agnelles était engagée.

 

    • Une bergerie tunnel (photos) a été montée. Permis de construire obligatoire car la bâche est opaque. L'aménagement intérieur a été largement aidé par un copain en or qui est resté 3 mois à fabriquer les cornadis etc. A la longue ce tunnel servira de stockage de foin etc. Le système de chaînes permet de bloquer les cornadis fermés et distribuer l'orge (une très bonne récolte) et bouchons de luzerne sans que les brebis se ruent dessus.

le pédiluve avec cendres est une experience pour attenuer le piétin.
le pédiluve avec cendres est une experience pour attenuer le piétin.
le pédiluve avec cendres est une experience pour attenuer le piétin.
le pédiluve avec cendres est une experience pour attenuer le piétin.

le pédiluve avec cendres est une experience pour attenuer le piétin.

    • Le troupeau a été rapatrié sur les 8ha et les premiers agnelages ont eu lieu dehors avant finition du tunnel fin septembre – 90% des mises bas en trois semaines ! Avec 5 agnelles non pleines . C'est un résultat remarquable.

    • En tout il y a 23ha sur 2 sites. A la suite de l'orge, une prairie de fauche a été installé sur les 4 ha. Le reste est en prairies dont 2ha d'humide et 4ha plûtôt landes. Gaêl cherche encore une dizaine sur le secteur. Il est adherent au CUMA locale.

    • La prochaine étape était l'achat d'un système de traite d'occasion, des modules de fromagerie et le matériel de fromagerie puis leur installation sur la parcelle de Kermaria avec permis de construire etc. En plus tout ceci est conçu dans un plan global avec la bergerie en construction (photos)

Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
    • Après l'agnelage, qui s'est déroulé sans difficulté particulière, les agneaux ont été laissés sous leur mère pendant 2 mois puis vendus en agneau de lait. Aucune agnelle de reproduction n'est gardée cette année.

    • La traite se déroule une fois par jour, le matin de 7h à 10h. Comme vous pouvez constater les conditions sont assez difficiles mais les travaux avance. La préférence pour un quai de traite où les brebis choisissent leur place résulte de l’expérience que Gaël a de divers systèmes. Une fois les 24 places remplies par les brebis, l'ensemble est reculé vers le trayeur. Le lait va directement vers la fromagerie sans être transvasé dans des bidons.

    • Les modules de fromagerie ont coûté environ 11000€ et le matériel de fromagerie autant – tout d'occasion.

Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix
Février 2017 : nouvelles de Gaêl, berger à Sulniac/La Vrai Croix

La mise en place du système de vente a été assez facile vu le créneau choisi - lait en hiver. Vous pouvez trouver leurs produits aux endroits suivants :

Ciboulette, Sulniac (voir article) ouvert le samedi matin et le mardi soir.

'Halle terre native à Questembert ouvert le mardi,jeudi, vendredi et samedi.

Local Bio à Séné ouvert le mercredi, jeudi et samedi

Le magasin Producteurs du Coin à St Avé ouvert les mercredi et vendredi après-midis et le samedi matin.

L'AMAP d'Elven

Les deux BioGolfe à Vannes et Theix

avec en plus de l'agneau de lait de novembre à janvier et du porc en caissetttes à partir de juin.

 

Et si vous avez envie de les contacter c'est au 06 61 96 61 56.

Gaêl Ifrah et Lucille à la Mouterie des Cahouen, Kermaria, Sulniac 56250.

 

- et pour faire honneur à tout ceux qui ont aidé et continuent d'aider par leur amitié, coups de main, achats et autre,  voici la chanson qui vous est dédié ainsi qu'à Gaël et Lucille : 

With A Little Help From My Friends (Avec Une Petite Aide De Mes Amis)

What would you think if I sang out of tune
Que penserais-tu si je chantais faux
Would you stand up and walk out on me ?
Te lèverai-tu et me laisserais-tu tomber ?
Lend me your ears and I'll sing you a song
Prêtes-moi l' oreille et je te chanterai une chanson
And I'll try not to sing out of key, oh
Et j'essayerai de ne pas chanter faux, oh

I get by with a little help from my friends
Je m'en sors avec un peu d'aide de mes amis
I get high with a little help from my friends
Je m'en remet avec un peu d'aide de mes amis
Going to try with a little help from my friends
J'essaye avec un peu d'aide de mes amis

What do I do when my love is away ?
Qu'est-ce que je fais quand mon amour est parti ?
(Does it worry you to be alone)
(T"inquietes-tu d’être seul)
How do I feel by the end of the day ?
Comment je me sens à la fin de la journée ?
(Are you sad because you're on your own ?)
(Es-tu triste parce que tu es tout seul ?)
No I get by with a little help from my friends
Non je m'en sors avec un peu d'aide de mes amis

Do you need anybody ?
As tu besoin de quelqu'un ?
I need somebody to love
J'ai besoin de quelqu'un à aimer
Could it be anybody ?
Ça pourrait être n'importe-qui ?
I want somebody to love
Je veux quelqu'un à aimer

Would you believe in a love at first sight
Crois-tu au coup de foudre
Yes I'm certain that it happens all the time
Oui je suis certain que ça arrive tout le temps
What do you see when you turn out the light ?
Que vois-tu quand tu éteins la lumière
I can't tell you, but I know it's mine
Je ne sais pas le dire, mais je sais que c'est à moi
Oh I get by with a little help from my friends
Oh je m'en sors avec un peu d'aide de mes amis
I get high with a little help from my friends
Je m'en remet avec un peu d'aide de mes amis
I'm gonna try with a little help from my friends
Je vais essayer avec un peu d'aide de mes amis

Do you need anybody ?
As-tu besoin de quelqu'un ?
I just need somebody to love
J'ai besoin de quelqu'un à aimer
Could it be anybody ?
ça pourrait être n'importe qui ?
I want somebody to love
Je veux quelqu'un à aimer

I get by with a little help from my friends
Je m'en sors avec un peu d'aide de mes amis
Yes I get by with a little help from my friends
Je m'en remet avec un peu d'aide de mes amis
With a little help from my friends
Avec un peu d'aide de mes amis

 

et la musique :

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 06:03

 

Le 21 septembre 2016 le Groupe Mouton s'est retrouvé pour une sortie en Ille et Vilaine. Deux exploitations ovines étaient sur le menu avec en prime les paysages du Mont- St- Michel. L'intérêt de cette journée était de découvrir deux systèmes très différents - l'un basé sur la prolificité de la race Romane avec vente en coopérative et l'autre sur la mise en place de l'AOC « Prés Salés du Mont- St- Michel » avec vente par l'éleveur. Les deux produisent environ le même nombre d'agneaux par an (800).

 

La première visite était chez Thomas Courcier à Québriac.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thomas et une partie des participants
Thomas et une partie des participants

Thomas et une partie des participants

 

Thomas a 27 ans et est installé depuis 1an et demi

 

Fils d'éleveur, ancien technicien Ovi Ouest, il a passé 1 an à Saint Affrique (à côté du Viaduc de Millau) en formation et 1 an à la ferme expérimentale de Agro Paris Tech.

 

Thomas a un profil très technique, il est connaisseur de la santé des ovins et des médicaments à utiliser. Il est bien équipé en matériel ce qui facilite son travail. On ressent l'ancien technicien Ovi Ouest convaincu par le système  intensif et la nécessité de s'équiper auprès de la coopérative.

 

Il a repris l'exploitation de Raymond Le Prizé éleveur sélectionneur en race Rouge de l'Ouest, mais il a choisi de miser sur la production d'agneaux avec des brebis prolifiques (Romanes ) et les Île de France (une opportunité d'achat pour augmenter sa production d'agneaux au démarrage). C'est un système qui ressemble beaucoup à celui mis en place par Vincent (voir articles) mais il a l'avantage d'arriver dans une exploitation conçue pour faire circuler facilement les brebis avec peu de modifications dans les bâtiments alors que Vincent , qui a repris d'anciens poulaillers et des terrres non clôturées, avait tout à mettre en place.

 

 

Son exploitation:

1 uth (lui)

Location intégrale terres et bâtiments.

Installé sur 58 Ha

12 Ha de céréales auto-consommées

4 Ha de maïs

5 Ha de luzerne

2 Ha de betteraves

avec 500 mères (100 Île de France, 400 Romanes)

1 agnelage par an par lot

période d'agnelage: septembre/décembre/janvier : pour Noël et Pâques.

 

Vente au groupement ovi ouest par lot de 50 à 60.

Vente des agneaux à 125 jours

Carcasse de 19,5 kg ,(prix actuel 6€15 en standard + 0,40cts en CCP)

Objectif de vente 800 agneaux (il dépasse l'objectif)

Vente de quelques agnelles en repro. à 140€ départ exploitation

 

  

Renouvellement 20% par achat de pure race romanes

Mortalité environ 7% à l'agnelage, 12% au total 

 

lots divers en bergerie
lots divers en bergerie
lots divers en bergerie
lots divers en bergerie
lots divers en bergerie

lots divers en bergerie

Sa production repose beaucoup sur l'élevage d'un maximum d'agneaux par brebis. Avec des portées de jusqu'à 6 agneaux , l'allaitement avec lait en poudre et une surveillance facilité par la disposition de petits lots  , la mortalité est bien en dessous de la moyenne à l'agnelage.

des agneaux doubles et triples sont à la poudre de lait.

achat d'une louve électrique Orvalex 2500€ 

125 L de lait par jour et du charbon pour tamponner la caillet

Sevrage à 25 jours.

Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016
Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016
Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016
Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016
Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016

Les clôtures sont assurées avec le système Spider et quad .

 

Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016

Un couloir de contention et parc de tri facilite le travail.

 

MERCI à Thomas qui nous a accueilli très gentiment aussi pour le pique-nique

Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016
Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016

Ensuite le Groupe Mouton était attendu chez Yannick Frain à Roz-sur-Couesnon vers le Mont-Saint-Michel.

Il a repris l'exploitation en 1988, c'est la 4e génération de bergers.

Yannick est le président actuel de l'Association qui gère l'AOP « Prés-Salés du Mont-Saint-Michel » 3500 ha d'herbus dont 700 ha en Bretagne sont pâturés. Pour avoir plus d'informations sur la démarche des éleveurs et les agneaux qu'ils élèvent voici le lien vers leur site qui est très complet et intéressant :

cliquez sur AOP... pour accèder au lien

Une particularité de la Baie du Mont-Saint-Michel est son marnage (différence de hauteur entre marée basse et haute) La moyenne est de 10 m - pour comparaison, les marnages en Sud Bretagne sont entre 5 et 6 mètres.Au Mont-Saint-Michel ont lieu les plus grandes marées de l’Europe continentale, jusqu’à 15 mètres de marnage. Ceci est dû à sa position dans la Manche.

Une autre particularité est la pente très douce du fond. Ceci fait que l'estran – ici appelé « slikke » - (la partie de vase grisâtre toujours couverte à la marée haute) s'étend sur 250 km2

Mais la partie qui intéresse les moutonniers - les Prés-Salés – ici appelés herbus ou schorre - sont seulement recouverts périodiquement lors des grandes marées. Les herbus couvrent 3500 ha (la plus grande étendue en Europe. Ces vastes espaces ou pâturent les ovins sont couverts de plantes halophiles qui supportent le sel (salicorne, obione, pucinellie maritime etc.)

Le pâturage de ces plantes donne le saveur des agneaux de l'AOP Prés-Salés du Mont-Saint- Michel.

carte à retrouver sur le site du AOP Prés-Salés du Mont-St-Michel

carte à retrouver sur le site du AOP Prés-Salés du Mont-St-Michel

L'exploitation

 

85 ha SAU

300 ha d'herbus (polders en prés salés)

Cultures

20 ha blé

5 ha orge

8 ha pois

18 ha maïs

Légumes

10 ha navets (5 en été , 5 en hiver) pour la vente , déchets pour les brebis. (Il y a une production de légumes dans la Baie en rotation avec les céréales).

Production fourragère 150t foin

19 ha pâturage

300 ha herbus

Troupeau 1 000 brebis et 25 béliers

Parti de la race Grévine locale, Yannick a un troupeau dominant Suffolk avec des croisements Charolais, Roussin,Vendéen et Rouge de l'Ouest.

 

brebis en attente sur parcelle de repli

brebis en attente sur parcelle de repli

        • la lutte : un bélier est laissé 15j avec 40 brebis jusqu'au 15 novembre

        • les agnelages : du 15 décembre au 31 mars. Les agneaux sont laissés 3 mois sous la mère.

        • pâturage à partir du 1er mars sur les herbus.

        • Tonte : 50% mi-mai, 50% mi-juin

        • vermifuge : strongles, ténia et baignade (gale)

 

        • 600 à 800 agneaux en vente directe partout en France (boucherie, restaurant, particulier)

        • 18% de renouvellement

        • il fait abattre à la SVA à Vitré

        • il a un accord avec la STEF (transporteur frigorifique) il s'occupe de la logistique

        • il vend entre 12€ et 22€/kg aux bouchers

les parcs de tri

les parcs de tri

 

Une année typique

 

Hiver : brebis en bergerie pour fin gestation, début lactation.

foin à volonté, céréales (orge), pois pour brebis

Printemps : Jour – pâturage herbus

Nuit en bergerie – foin, céréales

Été , Automne : brebis et agneaux dehors

pâturage herbus

- légumes déclassés

​- pâturage parcelles de repli (grandes marées hautes)

les herbus se découvrent après une grande marée (11m de marnage ce jour là) au delà des parcelles de repli
les herbus se découvrent après une grande marée (11m de marnage ce jour là) au delà des parcelles de repli
les herbus se découvrent après une grande marée (11m de marnage ce jour là) au delà des parcelles de repli
les herbus se découvrent après une grande marée (11m de marnage ce jour là) au delà des parcelles de repli
les herbus se découvrent après une grande marée (11m de marnage ce jour là) au delà des parcelles de repli
les herbus se découvrent après une grande marée (11m de marnage ce jour là) au delà des parcelles de repli
les herbus se découvrent après une grande marée (11m de marnage ce jour là) au delà des parcelles de repli
les herbus se découvrent après une grande marée (11m de marnage ce jour là) au delà des parcelles de repli

les herbus se découvrent après une grande marée (11m de marnage ce jour là) au delà des parcelles de repli

Le matériel

Pailleuse – un gain de temps dans la bergerie (un couloir qui prenait une heure prend 15min)

- allègement pénibilité du travail (bien-être éleveur=bien-être animal)

  • - gain de fourrage (paille hachée = 30% économie)

Quad – un gain de temps transhumance quotidienne (1 fois/jour) surveillance (3 fois/jour)

- passe partout (4 roues motrices, carénage plastique, même pendant marées hautes)

  • - ne dégrade pas les herbus (roues basse pression)

  •  

  • En plus il y a des gîtes sur l'exploitation avec 90 lits !

     

    Yannick est clairement un communiquant, il voit son métier à travers des opportunités à saisir et se donne les moyens de valoriser au maximum ses agneaux.

    Pour en savoir plus, visiter son site web , voici les coordonées :

  • http://www.presales-montsaintmichel.com/

  • ​et enfin quelques vues du Mont !! après une belle journée - imaginée par Astrid et organisée par Catherine (que ton bras se resoude comme il faut) et François- Guy. Prises de photos par le Groupe.

  •  

  •  

  •  

            •  

            •  

 

                  •  

                     

                     

                  •  

                  •  

 

 

Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016
Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016
Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016
Sortie du Groupe Mouton : Romanes et Prés-Salés du Mont-St-Michel 2016
Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 08:15

Visite chez Jean-Michel et Marie-France : le 16 avril 2016.

La Bergerie Réaménagée.

Le Groupe Mouton a fait une première visite en 2010, (avant de créer ce blog ). A l'époque Jean-Michel venait de démarrer un élevage ovin pour remplacer à terme leur élevage porcin. Leur interrogation concernait un bâtiment existant (utilisé avant pour l'engraissement de trois lots de porcs) afin de l’aménager pour son premier lot de brebis autour de l'agnelage. Vu que l'ouverture existait vers l'avant (photo), il a fait des parcs et couloirs orientés dans le sens de la largeur.

aménagement de départ
aménagement de départ

aménagement de départ

installation intérieur de départ
installation intérieur de départ
installation intérieur de départ

installation intérieur de départ

Au moment de notre visite en avril 2016, le troupeau de Vendéens était divisé en 2 lots : 180 brebis dehors et 170 en bergerie en cours d'agnelage. Les 8 béliers sont au repos.

 

Depuis 2013 Jean-Michel a pu aménager l'autre partie de ce bâtiment qu'on voit à gauche sur la première photo.

Il a changé complètement l'orientation des aménagements avec couloir central de 4m dans le sens de la longueur . Pour ceci il a percé les murs.

vue générale

vue générale

Il a choisi d'installer des cornadis bloquants. Le gros avantage est que le concentré (et tourteaux de soja) peut être distribué tranquillement avant d'ouvrir les places. Ainsi il y a moins de chahut pour les brebis et si elles sont en train de rentrer, les premières arrivées ne peuvent pas se jeter sur les concentrés.

Le foin est déroulé dans le couloir et les concentrés sont distribués dessus. En plus les brebis en lactation ont des betteraves 1 fois par jour . Un manitou avec godet broyeur facilite ce travail.(et ménage les dents des brebis vu que les betteraves sont broyées) Le tas de betteraves est juste devant la bergerie (photo)

 

Visite chez Jean-Michel : avril 2016Visite chez Jean-Michel : avril 2016
Visite chez Jean-Michel : avril 2016Visite chez Jean-Michel : avril 2016Visite chez Jean-Michel : avril 2016
Visite chez Jean-Michel : avril 2016Visite chez Jean-Michel : avril 2016

Le plus gros problème cette année a été des prolapsus sur le lot avant agnelage de janvier. 30 prolapsus sur 180 brebis ! Avec des pertes de brebis. Sûrement lié à une distribution excessive de betteraves et concentrés avant agnelage. Du coup les betteraves ont étés distribuées seulement en lactation pour ce deuxième lot en cours d'agnelage et il n'y a eu que 2 prolapsus sur les 170 brebis.

 

Un des petits problèmes fréquents à la naissance est des infections aux yeux des agneaux. Ceci peut être facilement guéri par des soins du genre pommade ophtalmique. C'est à surveiller pour agir vite. Dominique a fait une démonstration avec cet agneau de quelques jours !

 

agneau avec problème yeux

agneau avec problème yeux

Voici aussi un exemple de cornadis fait avec des barrières

Visite chez Jean-Michel : avril 2016

Les agneaux sevrés sont alimentés à l'intérieur, avec aliment et paille à volonté. Le bâtiment était utilisé pour l'engraissement des porcs et le système d'alimentation a été adapté pour les agneaux. Il y a trois lots : mâles, femelles et «traînards». Les agneaux présents étaient sevrés il y a 3 semaines.

Visite chez Jean-Michel : avril 2016Visite chez Jean-Michel : avril 2016
Visite chez Jean-Michel : avril 2016Visite chez Jean-Michel : avril 2016
Visite chez Jean-Michel : avril 2016Visite chez Jean-Michel : avril 2016

Les brebis sont sur des pâtures entourées de clôtures à fils . Jean-Michel est satisfait de cette méthode qui peut être facilement modulée.

Visite chez Jean-Michel : avril 2016
Visite chez Jean-Michel : avril 2016
Visite chez Jean-Michel : avril 2016
Visite chez Jean-Michel : avril 2016

Nous avons aussi vu le parc de tri. Pour le détail sur ceci il y a un article ( voir lien au début de l'article)

La discussion a été sur les anti reculs . Jean-Michel a enlevé l'anti recul suspendu avant la cage de retournement car cela rebasculait dans la tête de la brebis suivante et l'empêchait d'avancer tranquillement. Les anti reculs latéraux sont plus efficaces (mais il faut les installer...!)

 

anti recul lateral

anti recul lateral

anti recul qui a été enlevé

anti recul qui a été enlevé

Quelques autres vues du parc de tri
Quelques autres vues du parc de tri
Quelques autres vues du parc de tri
Quelques autres vues du parc de tri
Quelques autres vues du parc de tri
Quelques autres vues du parc de tri

Quelques autres vues du parc de tri

Ensuite autour d'une collation divers sujets ont étés abordés :

Un éleveur en bio s'interroge sur comment éviter le raide sur agneaux . Les premiers symptômes du raide sont un agneaux avec un paralysie du train arrière,myopathie et/ou un rythme cardiaque trop fort. C'est dû à une manque de sélénium/vitamine E. Ceci peut être apporté par le lait si les mères sont assez pourvus en ces éléments - attention aux apports de minéraux aux brebis gestantes. Pour être sûre que les agneaux en sont pourvus, surtout si on a déjà eu des problèmes, en élevage biologique il y a des blocs et granules avec sélénium/vitE disponible.

En élevage non bio on peut prévenir avec une piqûre dans les premiers jours de Selepherol (le problème avec ce produit en élevage biologique concerne l'excipient et non pas la partie active)

 

Une prévention est essentiel car le jour ou on voit qu'un agneau a le raide on peut être quasi sûre que d'autres vont suivre. On peut passer des années aussi sans voir des cas et puis cela arrive . Il faut agir vite et dans ce cas on peut sauver des agneaux et prévenir des nouveaux cas en les traitant tous. (mais c'est beaucoup plus de travail que la prévention)

Voici un lien vers des informations sur ce sujet :

http://idele.fr/fileadmin/medias/Documents/carences_selenium.pdf

[PDF]Diminuer la mortalité des agneaux c'est possible !

idele.fr/?eID=cmis_download&oID=workspace://SpacesStore/a258426e...

Les rations alimentaire étaient l'autre sujet. Aucun des éleveurs ne fait de rations calculées finement.

Pour les concentrés c'est basé sur un poids journalier par brebis (mais souvent il y a des différences entre ce que consomme chaque brebis) Tout dépend de l'année , ce qui est disponible sur l'exploitation et ce qu'on achète . Le foin est souvent donné à volonté – la distribution des balles rondes trop serrées a été évoqué : les éleveurs trouvent des moyens pour les aérer dans les cornadis ou les dérouler sur les couloirs. François Xavier ne jure que par les grosse bottes rectangulaires qui se défont en plaques facilement distribuable – il n'a pas de couloir centrale.

La qualité du foin varie énormément (stade de coupe, contenu – graminées/légumineuses, météo).La quantité ramassée aussi varie (météo, année d'implantation, chargement ) L'éleveur doit jongler avec tous les aspects de ses terres et moutons etc afin de trouver le système qui marche chez lui. Dominique jongle avec enrubannage de luzerne/dactyle,ensilage de maïs,foin. Didier avec foin, foin enrubanné et céréales. François-Xavier avec foin, aliment, colza fourrager. Jean-Michel et Philippe c'est foin, céréales et betteraves. Les achats concerne surtout l'apport azoté (tourteaux) et aliment concentré. L'intérêt de ces réunions est aussi de pouvoir réfléchir sur son système et avoir des expériences vécues sur d'autres cultures possibles, d'autres façons de travailler .

C'est à cette réunion qu'Astrid nous a présenté Catherine Taveau pour lui succéder comme animatrice. Bienvenue à Catherine !

Merci de l’accueil Jean-Michel et Marie-France ! Le récit est un peu tardif mais toujours d 'actualité !

 

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères amenagements bergerie agnelages
commenter cet article
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 07:06

VISITE CHEZ MICKAËL , mars 2015

 

          Le Groupe Mouton s'est retrouvé chez Mickaël à Remungol où , depuis 2 ans, il a repris 25ha de terres et une ancienne porcherie pour monter un élevage ovin. Il en est à son deuxième agnelage avec le troupeau de 255 brebis (Suffolk et Romanes avec béliers Suffolk).

          Pour démarrer il a fallu trouver les brebis . Les agnelles Romanes viennent de chez Vincent . Les lots de brebis Suffolk ont été achetés dans plusieurs élevages ...et pendant un certain temps Mickaël ne s'est pas rendu compte  qu'il avait acheté la gale avec un de ces lots. Aujourd'hui il recommande à tout éleveur de bien faire attention en achetant des moutons à ne pas introduire la gale dans son élevage .(nous allons faire un article sur ce sujet, qui malheureusement devient d'actualité)

          Le protocole pour l'éliminer est long et coûteux et nécessite deux passages en baignoire ( animaux lainés , une minute de submersion complète dans la solution insecticide avec la tête plongée deux fois....) On imagine la problèmatique de déjà mettre une baignoire en place etc. Dominique a suggeré l'utilisation de bâches et big balles rectangulaires. La dernière baignade a eu lieu 2 mois avant les mises bas.

         La transformation de la porcherie en bergerie fût le grand chantier dans les amènagements . La disposition avec couloir central, cornadis individuels et barrières démontables entre lots rend le bâtiment pratique malgré l'impossibilité d'utiliser un tracteur à l'intérieur (sauf pour déposer une balle ronde en bout de couloir). Mickaël utilise un bobcat pour curer et cela lui prend une journée.

côté gauche, couloir central et côté droitecôté gauche, couloir central et côté droitecôté gauche, couloir central et côté droite

côté gauche, couloir central et côté droite

Côté matériel, il souligne l'importance d'être bien équipé pour faire circuler les animaux et les trier, peser, soigner etc. Il lui manque un couloir avec balance pédiluve etc. Toutes ces manipulations sont tellement moins stressantes pour tous dans les bonnes conditions.

         Pour surveiller les agnelages - assez groupés – un lit est amenagé en hauteur.

Visite chez Mickaël . 250 Suffolk et Romanes . 2015
Visite chez Mickaël . 250 Suffolk et Romanes . 2015

Les agneaux dans les photos sont nés en janvier /février et seront finis en bergerie avec granulés et paille à volonté . Les brebis sont nourries avec foin (environ 1 balle de  diamètre160 par jour) et 400 à 500g de céréales et tourteaux de soja deux fois par jour.  Le sevrage a lieu à 2 mois. Les 125 brebis de ce lot seront mises à l'herbe. Il y a 1,7 agneaux par mère dans ce lot . Mickaël a choisi les Romanes pour leur prolificité mais préfère les Suffolk. On voit la différence de corpulence dans les photos. Il est plus facile et rapide aussi à amener un agneau Suffolk au poids de vente.

agneau et brebis  Suffolk et (en dessous) agneaux et brebis Romanes (quelques brebis Suffolk au fond)
agneau et brebis  Suffolk et (en dessous) agneaux et brebis Romanes (quelques brebis Suffolk au fond)

agneau et brebis Suffolk et (en dessous) agneaux et brebis Romanes (quelques brebis Suffolk au fond)

case aux agneaux dans lot des plus jeunes

case aux agneaux dans lot des plus jeunes

Case aux agneaux plus agés avec détails distribution aliment à volonté et argile
Case aux agneaux plus agés avec détails distribution aliment à volonté et argileCase aux agneaux plus agés avec détails distribution aliment à volonté et argile

Case aux agneaux plus agés avec détails distribution aliment à volonté et argile

Un deuxième lot de 130 brebis et agnelles mettront bas au mois de mai.

 

La totalité des 25ha est en pâture avec les bordures de routes grillagées et le reste divisé par des clôtures éléctriques à 2 fils. Uniquement les brebis sortent. La paille et concentrés sont achetés à l'exterieur.Toute la production est vendue à la coopérative Ovi Ouest et cela convient au sytème de Mickaël car il a un élevage de 2300 pigeons à gérer aussi. 

Merci de l'acceuil, et les éleveurs ont bien apprécié aussi le far ….!

Encore quelques photos de détails dans la bergerie des clôtures mobiles, tablette rabatable dans le couloir, abreuvoirs etc

Quelques vues des aménagements chez Mickaêl
Quelques vues des aménagements chez Mickaêl
Quelques vues des aménagements chez Mickaêl
Quelques vues des aménagements chez Mickaêl
Quelques vues des aménagements chez Mickaêl
Quelques vues des aménagements chez Mickaêl

Quelques vues des aménagements chez Mickaêl

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 07:53

La Nouvelle Bergerie de François-Guy . Janvier 2015

La situation de François-Guy s'est bien améliorée depuis notre dernière visite (voir article Janvier 2013 -Visite chez François-Guy...) Son troupeau de 220 brebis est divisé en deux lots . Sa nouvelle bergerie construite en 2013/2014 est en service et héberge un lot de 120 brebis en cours d'agnelage . Les races sont un mélange de Roussin, Rouge de l'Ouest, et quelques Romanes. Sa préférence va aux Roussins pour la facilité de finir les agneaux.

La nouvelle bergerie avec fenêtre mobile à droite pour passer du foin.

La nouvelle bergerie avec fenêtre mobile à droite pour passer du foin.

Le couloir et aires paillés
Le couloir et aires paillés

La bergerie est aménagée avec un plan simple qui a fait ses preuves. Deux aires paillées, séparées par un couloir central et un local qui servira de bureau et stockage. Très lumineuse le jour grâce à des plaques transparentes, la bergerie est un endroit agréable pour ovins et humains.

Pour le couloir, François-Guy a choisi 3m de largeur car cela lui convient avec le matériel roulant qu'il utilise et les aliments qu'il veut distribuer. Pour les cornadis qui donnent sur le couloir, il a choisi le modèle vu chez Vincent – simple économique et efficace.

Le foin, à volonté, est distribué en round dans des râteliers (voir photos). Une fenêtre est aménagée dans une des grandes portes afin de mettre une balle de foin sans ouvrir la porte. Les brebis ont aussi de la luzerne en bouchons et tourteaux distribués dans le couloir. François-Guy a fait 4ha de mélange moitié fèveroles moitié triticale avec une récolte de 12T en 2014. Un problème de chauffage au stockage l'a obligé a utiliser ce concentré dès le mois de septembre. Autant dire que les brebis sont en très bon état!

La nouvelle Bergerie de François-Guy : Janvier 2015

Les agnelages ont commencé début janvier. 63 brebis ont mis bas avec 110 agneaux debout . Au fur et à mesure des naissances les brebis et agneaux ont étés transférés d'un côté de la bergerie à l'autre , ce qui a évité l'utilisation de cases d'agnelage systématique. Les 57 brebis qui vont agneler resteront maintenant de leur côté. Les agneaux ont accès à une case et les quelques agneaux ne pouvant pas être sous leur mère sont au multi biberon 3 fois par jour. (photos)

Détails local stockage, couloir bétonné, multibiberon et cornadis
Détails local stockage, couloir bétonné, multibiberon et cornadisDétails local stockage, couloir bétonné, multibiberon et cornadis
Détails local stockage, couloir bétonné, multibiberon et cornadis

Détails local stockage, couloir bétonné, multibiberon et cornadis

François-Guy regrette un peu le choix des abreuvoirs automatiques à niveau constant – à refaire il aurait payé un peu plus cher pour des abreuvoirs à soupape.

Son couloir de contention est sommaire – avec pédiluve et une cage de retournement (merci pour le prêt FX!). Il l'utilise en ce moment pour parer et soigner ses brebis agnelées car le piétin est un problème récurrent. Il y a aussi quelques problèmes de mammite.

Détail : entrée du couloir et abreuvoir  puis le couloir avec cage de retournement et pédiluve.
Détail : entrée du couloir et abreuvoir  puis le couloir avec cage de retournement et pédiluve.

Détail : entrée du couloir et abreuvoir puis le couloir avec cage de retournement et pédiluve.

Après les derniers agnelages ce lot de 120 brebis et leurs agneaux va partir au pâturage tournant sur 15 ha. Ensuite c'est l'agnelage du deuxième lot de 100 brebis dans l'ancienne bergerie.

Les conditions de travail se sont bien améliorées depuis notre dernière visite – bergerie, clôtures, parcelles. Le troupeau s'adapte à son environnement et le berger va pouvoir progresser plus sereinement – aidé en ce moment par une stagiaire, Cécile, qui fait un stage découverte. La vente des agneaux est toujours en partie en direct et aussi via Bretagne Viande Bio.

et voici quelques photos de plus ! et les liens vers les sites de François-Guy.

Entrée case agneaux  et distribution foin
Entrée case agneaux  et distribution foin

Entrée case agneaux et distribution foin

Astuce de berger distribution bloc mineraux . Agneaux Roussins

Astuce de berger distribution bloc mineraux . Agneaux Roussins

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 13:39
 
La ferme de stang er Borel à bubry  
P1150357 
Après avoir été bergers dans les Alpes pendant plusieurs années, Marie Eve et Pierrot ont décidé de devenir éleveurs. Le sud-est de la France était plutôt leur lieu de prédilection pour s’installer mais la Bretagne et les vallons de Bubry ont remporté la cause !
C’est donc sur 20 hectares qu’ils ont implanté leur ferme sur des prairies peu exploitées depuis plusieurs années. Un travail important de défrichage a été nécessaire pour récupérer de la surface et permettre aux brebis de race Hamsphire,  aux 4 vaches pies noires et l'âne de trouver leur place.
       La philosophie de Marie Eve et Pierrot est de  conduire leur troupeau en limitant au maximum leurs charges et en valorisant ce qui peut être produit sur la ferme : agneaux, peaux, fruitiers, bovins etc...  . C’est entre autre pour cela qu’ils ont choisi la race Hamsphire qui valorise très bien l’herbe et est  connue pour sa rusticité. Les hampshire sont des animaux calmes et très maternels. (cf article les origines de la race hampshire)
   
    La première année d’installation fut consacrée en grande partie à la création de paddocks pour gérer la pousse de l’herbe et les apports de matières organiques. Des parcs de 65 ares  sont ainsi constitués à l’aide  des fils électriques  (3) posés sur des parcelles d’environ 3 ha. Ces mêmes parcelles sont divisées avec des filets.   P1150364
 
    Marie Eve et Pierrot utilisent la technique de l’herbomètre bien connu chez les éleveurs de bovins pour réaliser des rotations rapides tout en offrant une herbe de qualité aux animaux.  
Ceci ne les empeche pas  de donner du foin aux brebis même l’été car le foin permet la rumination et favorise l’appétit. Des betteraves ont aussi distribuées aux brebis : Fourrage frais et naturel, la betterave fourragère est un aliment de qualité dont les animaux raffolent.    
Ayant achetés des brebis déjà mises à la lutte (septembre), nos jeunes éleveurs n’ont pas eu le choix de la date d’agnelage pour la première année. Par contre cette année, la lutte a commencé au 1° novembre afin d’avoir des agneaux en avril pour bénéficier au mieux de la pousse de l’herbe de printemps.  Un fluhsing a été fait avec les betteraves mais naturellement les brebis sont allées  consommer des châtaignes disponibles  dans les bois à cette époque.    
Le sevrage se fera mi-juillet avec séparation des agnelle des brebis. Les agnelles nées en février seront remises début octobre avec les brebis. 
Volet sanitaire:
Pietin:Comme sur de nombreux élevages, le troupeau arrivé du massif central n’était pas dépourvu de piétin au grand malheur de nos eleveurs ! 30 à 40 % du troupeau été touché. Marie Eve et Pierrot vérifient donc toutes les semaines les pattes de bêtes, font un parage si nécessaire avec sulfate de zinc, pour se débarrasser progressivement de ce fléau.Si besoin, les bêtes touchées seront reformées.    
Il semblerait que les agnelles aient fait de la résistance au piétin.  Un bon signe pour assainir progressivement le troupeau.
(NB : A suivre les conseils de Suzanne dans le blog : http://brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com/categorie-11884870.html)    
Parasitisme. Là aussi comme dans de nombreux élevages, le cheptel est touché par le  parasitisme. En pratiquant une rotation rapide avec un chargement élevé sur les paddocks, les éleveurs espèrent limiter le fléau. Là aussi des bêtes sont plus sensibles que d’autres. Les coprologies et parfois des autopsies peuvent éviter les infestions importantes. Les pâturages étant utilisés aussi par l’âne et les vaches, Marie Eve et Pierrot espèrent que cela limitera le parasitisme.
 
Un gros chantier mis en place depuis cet été sur la ferme : la construction de la bergerie.
P1150363  
Juste à l’entrée du site près de la route, le bâtiment en bardage Douglas de 25 m par 18 m prend forme peu à peu. 200 m² pour les animaux et autant pour le stockage du fourrage. (30 tonnes de foin).  Un couloir de 0.6 m pour dérouler le foin est prévu entre les animaux et le stockage. Le couloir de contention sera lui sous l’auvent en extérieur pour des questions de gain de place. Les collègues proposent à Marie Eve et Pierrot de mettre leur foin plutôt en big qu’en round pour des questions de manutention plus aisée. 
P1150368
Les éleveurs ont bénéficié de 15 % de subvention (PMBE), fournies à partir de devis et non sur la facturation finale. Beaucoup d’auto construction ont permis de limiter le cout du bâtiment qui s’élève à 40 000 €. L’eau et l’électricité seront raccordées dans un second temps.    
 
 
 
Le système de vente se fait le plus localement possible avec un abattage sur Rostrenen, retour en caissette et vente aux particuliers essentiellement par le bouche à oreille. 
Le tannage des peaux
    
Pour aller jusqu’au bout de son rôle d’éleveuse, Marie Eve tient à tanner les peaux des bêtes, technique qu’elle pratique depuis 10 ans.La peau devient ainsi un objet pérenne que lui donne l’animal.
 Pour que la peau soit souple et propre, elle est badigeonnée avec une lessive à base de cendre et d’huile végétale (plusieurs fois si besoin) et au final la peau est passée dans une machine qui l’assouplie et l’étire.
 Grâce à son agrément et beaucoup de persévérance, elle a réussi à convaincre l’abattoir de lui restituer les peaux moyennant une petite contribution financière.
Débute alors le travail du tannage  qui se déroule sur plusieurs jours:La première étape est le salage des peaux pendant 15 jours avec régulièrement un massage de la peau au gros sel.P1150378    Ensuite Marie pratique l’écharnage, c'est-à-dire qu’elle ôte tous les morceaux de chair ou de gras qui restent sur la peau tout cela sans faire d‘accroc. Elle passe ensuite la peau au nettoyeur à haute pression. Marie relave la peau avec du sel d’alun ce dernier assurant la stabilité de la peau et sa pérénnité.

Pour que la peau soit souple et propre, elle est badigeonnée avec une lessive à base de cendre et d’huile végétale (plusieurs fois si besoin) et au final la peau est passée dans une machine qui l’assouplie et l’étire. P1150376          Le travail et la patience rendent la peau souple et agréable, idéal pour les bout’chous qui apprécient de se retrouver dessus !

P1150375
                 
Merci à marie Eve et Pierrot de nous avoir accueilli durant cet après-midi automnale : un joli parcours de réalisé depuis un an ! Nous leur souhaitons plein de réussite dans la suite de leurs projets.
 
Lien vers leur site:http://www.lesbergersderborel.fr/ 
 
Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 12:01

 

 

Nouvelles de Christelle, Vannes 2014

14.4 CG pature

 

Christelle est installée depuis 7 ans en agriculture biologique sur la ferme du Vincin à Vannes . Elle exploite toujours les 27 hectares de départ . Les prairies groupées près de la ferme sont divisées en parcelles d'environ 1,5ha clôturés (finis les problèmes de clôture électrique !) et resemées si nécessaires en ray grass anglais, trèfle blanc et fétuque. Les 5 ha plus éloignés sont utilisés en rotation blé noir.(link http://www.lafermeduvincin.fr/actualites/600000ouvrieresalafermedu vincinparticipentalaproductiondeblenoir) 

 ...mélange céréalier, foin. En plus 5ha sont exploités assez loin (vers la clinique Océane) . Ces hectares ont donné 16 T de mélange céréalier à un coût de 2500€ pour déchaumage, labour, semis, moisson avec un coût de 1000€ de semences.

Christelle s'est bien intégrée à l'agriculture locale. Avec 3 agriculteurs de Vannes et un de Séné elle a trouvée un groupe d'entraide précieux. Quand elle doit assumer des animations pour la mairie de Vannes et andainer le même jour au moment des foins …. un des agriculteurs le fait avec son gros matériel et en plus 3 fois plus vite. En contrepartie Christelle fait la traite (oui , en agriculture il vaut mieux être polyvalent!!) pendant les 10 jours de vacances d'un des agriculteurs – par exemple . Il n'y a pas d'échange d'argent et les heures précises ne sont pas comptées. Voilà un arrangement intelligent qui fait surtout des échanges humains enrichissants.

Le troupeau de 85 brebis évolue vers la race Suffolk que Christelle préfère. (petit article sur cette race à suivre) Elle a acheté 20 agnelles pure race pour accélèrer la transformation de son troupeau . Elle a aussi un bélier Suffolk et un Charollais et le troupeau reste encore assez mixte.

14.4 CG Suffolks14.4 CG brebis et agneaux

Avant les agnelages les brebis sont dehors avec pâture et mélange céréalier en mangeoires.

14.4 CG mangeoires brebis

En 2014 les agnelages – en bergerie - ont commencé à la mi-janvier avec un pic en février . Tout s'est bien passé avec une prolificité de 1,3. Les brebis sont alimentées avec foin, enrubannage, et mélange céréalier. Les sorties sur prairie ne commencent pas sérieusement avant le 1er avril. Le plus gros problème que Christelle a eu était quelques cas de listeriose dûs à des moisissures dans l'enrubannage. En 2-3 jours la brebis meurt malgré les soins après des symptomes nerveux – démarche en cercle , problèmes oculaires etc – et de la fièvre (42°). C'est un problème connu avec l'ensilage (chez Vincent par exemple) ou l'enrubannage : à régler avec une attention stricte aux temps d'ouverture de tas d'ensilage et écartement des parties moisies en foin enrubanné.

Les agneaux sortent avec leurs mères en pâture et ont accès à des mangeoires sélectives.

14.4 CG mangeoire selectif

Le seul défaut de ces mangeoires est que les agnelles arrivent aussi à se faufiler dedans. Le sevrage a lieu à 3 mois et les agneaux sont rentrés en bergerie pour finition. En 2014 la finition des derniers agneaux en Septembre / Octobre était difficile malgré une bonne alimentation en mélange céréalier et très bon foin . Une suggestion de François-Xavier est de remplacer le foin par de la paille car les agneaux ont tendance à préfèrer le bon foin et négliger la concentré... ce qu'il a constaté chez lui.

14.4 CG agneau

La bergerie est toujours sans éléctricité … mais il y a l'eau et l'aménagement sommaire et modulable convient à Christelle. Le foin et l'enrubannage sont stockés sur palette dehors. Les brebis sont vermifugées une fois l'an et des coprologies sont faites pour mieux cibler les traitements brebis ou agneaux.

Les clients sont fidèles. Toute la production d'agneaux est vendue en direct et Christelle n'hesite pas à relancer car ses clients n'y pensent pas toujours au bon moment et apprecient le rappel.

Au fil des années le travail pédagogique que Christelle fait en partenariat avec la mairie de Vannes s'est bien organisé , en confiance. Elle va peut-être être sollicitée pour ramasser les poubelles dans le secteur de Conleau promenade public – avec son cheval de trait et charrette. Un essai a eu lieu cet été. Elle organise aussi des goûters d'anniversaire à la ferme ou il y a une variété d'animaux en plus des ovins.

Le gîte, qui fait partie des bâtiments de la ferme, est aussi un grand succès, même en dehors des mois touristiques. Etant si près de Vannes dans ce cadre agricole, il vaut mieux retenir en avance!

Après bien des galères en tout genre nous sommes contents de voir que Christelle et son projet avancent bien - grâce à sa tenacité et ses efforts, et aussi du soutien de sa famille , la mairie de Vannes et les agriculteurs locaux.

La ferme vue de Port Anna l+®gend+®e[1]

14.4CG case14.4 CG agneaux et brebis

Et voici les coordonnées de Christelle pour toutes ses activités

link http://www.lafermeduvincin.fr/

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 09:06

 

Je change de métier, je change de vie !

Ça vous tente ? Lisez le dossier d'Emmanuelle Mayer, dans le dernier numéro de Village. Des témoignages, des infos pratiques, des conseils, des portraits  (Dont celui de françois Guy)... pour mieux s'y retrouver et oser franchir le pas

http://village.tm.fr/index.php?Menu=VMAG&ids=JYujqCplyUlnipgOjUyW&Action=1&idn1=1&idn2=128

FG.png

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 11:11

 

Petit rappel : Vincent a un troupeau de 500 Romanes mené en deux lots. Nous avons vu dans le premier article comment est mené le lot de 200 avec mise-bas en septembre . Le schéma est repris ci-dessous.

14.3 Romanes année

 

 Quelques éléments du lot de 300 avec mise-bas en février

  1. Lutte du 1e septembre au 15 octobre – mêmes dispositions que le lot de 200 -nb de béliers, échographies etc. Au 15 décembre les brebis pâturent du colza.

  2. Au 1e janvier elles sont rentrées -avec une ration de maïs ensilé.

    14.3 VB cornadis

     

    1. Après les mises-bas elles ont 600g de triticale en plus. Depuis notre visite en 2011, Vincent a réduit ses pertes à l'agnelage et sur agneaux jeunes.

    • il vaccine les mères contre la colibacillose

    • prévention d'arthrites avec désinfection du cordon ombilical, boucles etc

    • prévention du raide (myopathie alimentaire) par piqure de sélénium des agneaux à la naissance (sélépherol) les sols sont carencés en sélénium et le lait maternel n'en contient pas suffisamment. Un agneaux atteint a des problèmes moteur (ex paralysie du train arrière) et/ou un rythme cardiaque élevé. La prévention n'est pas coûteuse .

    • Allaitement artificiel. Il enlève systématiquement un des triplets et a organisé mieux l'allaitement artificiel.

      14.3 VB agneaux AA sevrés

       

       Les agneaux sont en petits groupes de 10 (plus facile à surveiller) dans des cases bien protégées des courants d'air. La nuit il est possible de passer une bâche au dessus pour garder la chaleur. Il n'utilise pas des lampes chauffantes. Il a un accord avec un éleveur laitier à proximité qui lui vend du colostrum de vache. Ce lait est réchauffé ( froid = diarrhée) et mis dans des seaux avec tétines ( les clapets sont enlevés car le colostrum les bouche). Les seaux sont laissés 10 minutes dans chaque case (sinon les tétines sont arrachées)Au début les agneaux sont nourris 4 fois par jour. A 2 semaines c'est 3 fois par jour et à 35 jours ils sont sevrés ! Les agneaux ont de l'eau distribuée en petits abreuvoirs automatiques, granulés à disposition et paille à volonté . Au sevrage les agneaux sont déjà habitués au granulé et cela se passe sans problème . On voit dans les photos ces divers aspects d'un allaitement artificiel réussi et peu coûteux.

      14.3 VB abreuvoir agneaux14.3 VB alimentation agneaux AA14.3 VB Agneaux biberon sevrés

      14.3 VB seau allaitement14.3 VB seau argile

      des seaux d'argile sont aussi mis à disposition dans les cases

       

      Les mises bas se groupent autour d'un pic de 20 jours . Les adoptions sont assez faciles avec ces Romanes, elles sont très maternelles. Fin mars ce lot sort le jour avec une transition alimentaire (sorties courtes au début) .

      1.  
        1. Les agneaux sont sevrés vers le deuxième semaine de mai. Ils sortent sur des parcelles à proximité dans la journée tandis que leurs mères sont ailleurs et pâturent en permanence.

          Vincent a sorti 680 agneaux sur un an . Son objectif est de 1 000.

       

      Antiparasitaires.

      Les agneaux ont un anti coccidien (Baycox) à 3 semaines.

      En juin les agnelles ont un anti strongles - Cydectine Longue Action, qui va les protéger jusqu'à l'été

      Autrement les vermifuges sont faits suivant des contrôles coprologiques. Pour les brebis cela veut dire très peu.

      Piétin

      Vincent a fait très attention à l'achat de son troupeau de base. Issu d'un troupeau considéré indemne. A l'entrée chez lui après passage au pédiluve il a fait un antibiotique à tous et inspecté les pieds . Il n'a pas de piétin. Les visiteurs mettent des surbottes. Il affirme que c'est une maladie introduite de l'extérieur par des animaux infectés . Aujourd'hui il ne passe pas ses brebis au pédiluve et ne pare pas les onglons. Il considère qu'elles marchent assez pour les entretenir en bon état.

      et voici quelques photos du bâtiment prises au mois de mars(un ancien poulailler tranformé) Il manque un peu de lumière et il faut éviter les courants d'air mais au fil des années les ameliorations se pousuivent. il s'agit du loy de 300 qui a agnelé au mois de février.

      14.3 VB Bergerie14.3 VB bergerie 2e côté

      14.3 VB détail cornadis14.3 VB distribution aliment agneaux14.3 VB Groupe Mouton14.3 VB couloir et cornadis

       

       Au jour où on met cet article en ligne (mi-juillet) on peut voir sur le schéma que les agneaux nés en fevrier sont vendus ou en fin d'engraissement. Leurs mères pâturent en attendant la lutte. Le lot de 200 est aussi en train de pâturer en permanence. Le travail de Vincent est surtout les changements de paddocks et les cultures (moisson , foin etc) Nous lui souhaitons un peu plus de temps libre pour sa famille et son vélo! Et merci (avec du retard ….) pour l'accueil , les explications et ...le far !

       

       

 

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 09:41



 

Comment parler de Susan sans évoquer les mots suivants : Bonne humeur, Passionnée, Professionnelle, Créatrice de lien, Inventive, ….anglaise….. Et encore bien d’autres mots.

A l’aulne d’une carrière d’agricultrice bien remplie, à nous de vous présenter la « plume » du blog qui se retrouve souvent derrière les articles riches et variées de notre petit réseau.

susan1.JPGNous n’allons pas faire toute la généalogie de Susan mais sachez qu’elle a débarqué sur les terres bretonnes en 1996 après avoir crée une ferme laitière (brebis et chèvres) pendant 10 années dans le sud de la France.

N’étant pas du milieu agricole, cette géographe se forme aux joies de l’agriculture à partir d’un stage dit de 240 heures lui donnant la capacité agricole à l’installation.

C’est donc à Sulniac dans le Morbihan, qu’elle découvre par l’intermédiaire de la SAFER, un havre de paix où elle s’installe sur 18 hectares. Ce sera pour la race Texel que Susan « craquera » après avoir découvert ces moutons chez des amis.

Petit rappel des diverses qualités de ces moutons :

Il s’agit de moutons d’herbage, possédant une excellente conformation et un minimum de graisse de couverture, à la viande tendre et rosée.

Grâce à leur conformation exceptionnelle, les Texel présentent un pourcentage maximum de morceaux nobles : gigots, côtes et épaules. Ce sont les champions incontestés des concours de carcasses.

 

Susan, la sélectionneuse

 

Passionnée par ces animaux, Susan devient sélectionneuse pendant 5 ans pour l’UPRA.

 

texel.JPG

 

Elle démarre son élevage avec 60 agnelles provenant de divers élevages.

 

 Pour avoir plus de prolificité, les inséminations ont lieu en octobre avec des naissances qui arrivent tardivement au printemps. De ce faite, il est parfois difficile pour Susan de finir l’engraissement par manque de pâturage en juillet et aout (Et oui, il peut faire sec en Bretagne et l’herbe manquée !)

 

Désireuse d’être plus autonome, Susan abandonne la sélection et opte pour un mode extensif avec une lutte naturelle en automne aves des naissances aux beaux jours de printemps.

 

Elle diminue son effectif (de 80 brebis en 2009, elle passe à 50 en 2011). Dès lors, elle économise son fourrage, ses brebis passent beaucoup de temps dehors (sauf les deux mois d’agnelage) et le travail de paillage dans la bergerie devient moins pénible. La vente des agneaux a lieu fin mai sans sevrage par l’intermédiaire de la coopérative.

 

Les animaux sont rentrés en bergerie la nuit et complétés en céréales produites sur la ferme (1 ha de mélange avoine triticale ou 1 à 2 ha de vesce-avoine.) Si les brebis sont rationnées, les agneaux eux, sont engraissés avec des granulés achetés (environ1.6 T distribué d’avril à aout)

 

Le volet sanitaire, une priorité pour Susan

 

Si les diverses réglementations communautaires (conditionnalité de la PAC etc.…) ont accrues les exigences sanitaires auprès des éleveurs, Susan a toujours porté une attention particulière à ce volet sur son exploitation.

 

Lors de l’introduction de nouveaux béliers ou brebis dans le troupeau, elle sera toujours vigilante à ce qu’ils soient indemnes de contaminant.

 

IMG_6036.JPG

Elle passera aussi beaucoup de temps à observer le troupeau au quotidien pour détecter au plus vite les animaux au comportement anormal.

 

 

 

Susan mettra également en place tout un protocole pour faire disparaitre le piétin sur son exploitation  (cf. article dans le blog : Élimination du Piétin dans un troupeau ovin. Expérience vécue.) Et grâce à l’extrême vigilance lors d’achat de béliers (quarantaine examen des pieds etc.), le soin apporté rapidement aux animaux boitant, à la mise à disposition de blocs minéraux chargés en Zinc, cette maladie contagieuse a disparu de l’exploitation de Susan.

 

Susan, une des personnes à l’origine du groupe d’échange « mouton »

 

sans-titre.pngC’est par l’intermédiaire de la première « Récré Hall la ferme » qui se met en place sous les Halles de Questembert en 2002 que nous avons pour la plupart d’entre nous,  la joie de rencontrer Susan. Elle s’investit pleinement dans la création de cette manifestation festive destinée à faire découvrir le monde agricole aux enfants et à leurs parents.

 

C’est l’occasion pour nous de découvrir le don de créativité de Susan ainsi que tous les trucs et astuces qu’elle détient dans son panier. susan-et-son-sac.JPG

 

 

 

Qui n’a pas dans son sac, dans sa poche l’hiver, une petite boule de laine un parfait réchauffe-main, déstressant ou encore décoratif confectionnée par Susan ?

boules-de-laine.png


 

C’est depuis la mise en place de cet  événement que  Susan est fortement investie dans les réseaux GVA (aujourd’hui SEMAGRI sur le secteur de Questembert). Elle fait également  partie des fondateurs du groupe d’échange mouton et « mère » du blog « Brebis en Bretagne ».

 

Grâce à son écriture, elle nous transmet la mémoire du groupe mais aussi une foule d’astuces, de savoir faire, de connaissance très utiles. Elle met aussi les éleveurs en relation entre eux que ce soit à travers une demande de stage, des petites annonces sur du matériel, des troupeaux….

 

Le groupe lui a permis de rencontrer d’autres éleveurs de moutons mais aussi d’autres producteurs ainsi que des personnes de la Chambre d’Agriculture. Tous ces contacts sont riches d’échanges et évitent l’isolement. Sans oublier la complicité, l’entraide créée entre tous….Et au cours de ces rencontres, il ya toujours une idée d’article qui germe dans la tête de Susan.

 

 

 

Susan, la passionnée des moutons

 

Regardez les quelques photos qui suivent et vous imaginerez sans mal qu’elle a, au cours des années, pu établir une complicité avec ses animaux qui le lui ont bien rendu. Et cette passion, elle l’a transmise à beaucoup d’entre nous…

IMG_6054-copie-1.JPGIMG_6052.JPG

 IMG_6044.JPG

Une nouvelle vie qui commence

Si Susan a décidé de prendre sa retraite cette année, elle ne laissera pas le groupe et le blog pour autant. D’ailleurs les 1800 visiteurs qui vont sur le site tous les mois l’encouragent à poursuivre dans ce sens.

Et quand on demande à Susan ce qu’elle doit retenir des atouts et difficultés de son métier d’éleveuse de moutons, elle nous répond :


« Les contraintes de l’élevage sont la présence quotidienne indispensable pour le suivi du troupeau qui empêche de partir quelques jours, les contraintes administratives qui se sont accumulées depuis quelques années avec le bouclage électronique, les déclarations diverses à faire.

 

Mais tout cela est compensé par la satisfaction d’avoir des beaux moutons et de  bons résultats, de vivre au contact de la nature, des animaux,  sans oublier qu’on est son propre patron et que nous sommes seul maitre à bord »…..comme sur un bateau où Susan et Jean auront à présent plus souvent l’opportunité de naviguer !

 

Bon vent à toi Susan et MERCI pour tout ce que tu as fait afin que le groupe perdure aussi bien dans le temps et la richesse de tes conseils et surtout ton écoute !

 

bateau.png

 

 

 

 

PS : Nous avons questionné Susan à propos  du loup et de son retour dans certaines régions et voila sa réponse :

 

«  Prés de chez moi, existe un village qui s’appelle le Poulblet et qui veut dire en breton « la mare au loup ». Donc je me dis que c’est un animal intégré comme le sanglier, le renard, la belette, le chevreuil, l’écureuil et tous les autres animaux ».Une belle fable !

 

 

Repost 0
Published by brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com - dans nos bergers et bergères
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
  • Le blog de brebis-en-bretagne.groupemouton.over-blog.com
  • : Ce blog est le journal de liason de notre groupe mouton.Il est aussi destiné à tous ceux qui s'interesse aux moutons,à la laine aux chiens de troupeau etc.Posez nous vos questions.Faîtes vos commentaires!
  • Contact

Recherche